Baisser les dépenses publiques pour restaurer la compétitivité des entreprises

56,5 %
Les dépenses publiques représentent 56,5 % du PIB en France.

Restaurer la compétitivité des entreprises devient un impératif pour la France. Le seul moyen d’y parvenir est de baisser le niveau des dépenses publiques. Lors du dernier salon des Entrepreneurs, Sophie de Menton, la présidente du Mouvement ETHIC, a présenté le « livre rose » de la compétitivité, fruit de la réflexion de la commission des experts d’Ethic qui a identifié 9 réformes fondamentales qu’elle a regroupé sous la devise de la République : liberté, égalité et fraternité.

Liberté (d’entreprendre, de négocier, de donner) :

Faire des partenaires sociaux des acteurs libres, légitimes et responsables, notamment en fixant librement le temps de travail dans les entreprises.

Réduire les subventions aux entreprises, système coûteux pour le budget et inefficace pour lutter contre le chômage. Cette réduction, chiffrée à 20 milliards serait affectée à la baisse des prélèvements obligatoires de l’ensemble des entreprises.

Libérer les fonctionnaires et les salariés du secteur public (hors fonctions régalienne) du carcan de leur statut en permettant à ceux qui le souhaitent d’adopter un contrat de droit privé revalorisé.

Réduire les effectifs des fonctionnaires et introduire une politique des ressources humaines au sein de la fonction publique.

Privatiser les subventions aux associations en donnant aux citoyens et aux entreprises le libre choix de soutient en échange d’une déduction fiscale adaptée.

Egalité (équité et justice) :

Un régime de retraite unique pour tous, salariés, indépendants, fonctionnaires et employés territoriaux, salariés des entreprises publiques…

Une solidarité face au chômage : priorité à l’emploi. Le financement de l’assurance chômage et son indemnisation doivent être équitables entre les différentes catégories d’acteurs économiques : salariés, intermittents du spectacle, fonctionnaires, travailleurs indépendants et agriculteurs…

Fraternité (responsabilité et solidarité) :

Redéfinir les missions de l’Etat et des collectivités territoriales et privatiser toutes les autres missions, sous le contrôle des pouvoirs publics.

Redonner la préférence à l’emploi et à l’activité en limitant les indemnités dans le temps et dans leur montant.

Pour conclure son intervention, Sophie de Menthon estime que la mise en œuvre de ces mesures permettrait de « débloquer la France ».