Les indécents. Ils baissent de 5 euros des APL et s'attribuent 1 200 euros par mois pour se loger !!!

5 EUROS
Les députés ont voté la baisse des APL de 5 euros.

Quelle indécence de “nos” députés dépités du parti présidentiel, que nous devons tous rebaptiser la REMunération !! Nous pourrons leur attribuer le grand prix annuel de l’indécence sans hésiter.

En effet, hier on apprenait que nos augustes représentants trouvaient qu’avec uniquement 5 000 euros mensuels, ils étaient obligés de manger trop de pâtes à leur goût… Bon, d’un autre côté, cela doit être tout de même des pâtes fraîches !

Nos goinfrosaures macroniens ont donc couiné et gémi. Ils ont été entendus et une allocation logement de 1 200 euros mensuels vient de leur être attribuée.

Je baisse de 5 € les APL des sans-dents et me vote une alloc logement de 1 200 euros par mois !

Voilà donc une autre mesure de nos dirigeants qui, décidément, aiment nous prendre pour des cons. Cela dit, ils auraient tort de s’en priver vu que cela fonctionne. Je les trouve même encore modérés, tant la masse abrutie par la télé-réalité et autres écrans lobotomisateurs ne sait même plus se mobiliser pour quoi que ce soit et autrement qu’en cliquant pathétiquement sur des petits pouces levés bleus… pour dire « j’aime ».

J’ai été l’un des premiers à dire que cette baisse de 5 € des APL serait supportable et qu’elle pouvait parfaitement être légitime car chaque chose doit retrouver sa juste place.

Il n’est pas possible de voir des gens désormais de génération en génération aller aux Restos du cœur. Or, la réalité, c’est qu’aujourd’hui nous avons les enfants des premiers bénéficiaires qui trouvent cela parfaitement normal d’aller aux Restos du cœur comme ils iraient faire des courses chez Auchan.

Il n’est pas possible de tous les voir avec des iPhone dernier cri ou des beaux écrans plats et ne pas supporter 5 € de baisse des APL.

On me dira que j’exagère ET je maintiendrai que non. Ce que je décris est la réalité.

Il faut donc mettre un énorme coup de balai dans l’assistanat des pauvres, sans oublier l’assistanat des riches qui bénéficient de déductions fiscales pour des placements de tel type ou de tel autre, ce qui est une aberration en soit.

Pour pouvoir remettre à plat tous ces « assistanats » il faut une représentation nationale irréprochable.

Il est évidemment inconcevable de réduire les APL des sans-dents et se voter dans le même temps 1 200 euros d’alloc logement mensuelle spéciale députés.

Au-delà de l’indécence, c’est bien sûr une provocation sociale hallucinante. Que les députés soient hébergés dans une résidence à proximité ne me choque pas. Une chambrette individuelle sera suffisante, qu’ils choisissent un autre métier. Personne ne les a jamais forcés.

Alors mes amis, encore une fois, à vos plumes pour leur dire ce que vous en pensez.

Adressons-nous massivement au président de l’Assemblée nationale à cette adresse-là : president@assemblee-nationale.fr

Si vous ne savez pas quoi écrire, faites simplement un copier-coller de cet article.

Soyez nombreux à râler et rouspéter, car ils peuvent se foutre de la gueule du peuple, mais il serait souhaitable que le peuple leur dise massivement qu’il s’en rend compte !

Sans-dents peut-être, mais pas sans neurones.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.