Devenir prof, une opportunité pour retrouver un emploi

11,8 %
Les embauches de professeurs contractuels ont progressé de 11,8% entre
2017 et 2018.

Les parents d’élèves qui me lisent ne seront pas étonnés par l'objet de cet article : dans la plupart des collèges et lycées, on manque cruellement de profs dans certaines matières. C’est vrai en particulier en maths, en sciences de la vie et de la terre ou en physique-chimie. Mais certains établissements cherchent aussi désespérément des profs de langues, et même parfois, tout simplement, de français.

Une opportunité pour retrouver un travail

L’objet ici n’est pas de polémiquer sur les raisons de ce manque de profs. Mais bien plutôt de pointer du doigt l’opportunité que cela peut représenter pour certains chômeurs, en particulier, ceux qui, passé 45/50 ans ont vraiment du mal à retrouver un emploi, quand ils n’ont pas tout bonnement renoncé.

À défaut de devenir prof, vous pouvez en effet postuler pour devenir contractuel ou suppléant. C’est moins bien payé que les profs titulaires, mais pour le reste, vous avez les mêmes vacances scolaires que les élèves, les mêmes horaires aussi.

Un bac +2 suffit

Que faut-il faire pour postuler, et espérer être pris ? Et bien, avoir un diplôme cohérent par rapport à la matière à enseigner. Peu de gens le savent, mais aujourd’hui, un simple bac+2 suffit. On peut même se prévaloir d’un CAP ou d’un BTS pour certaines matières. 

Mieux encore : une compétence professionnelle en lien avec la matière enseignée peut permettre d’être recruté comme professeur contractuel ou suppléant. C’est vrai en particulier dans l’enseignement technique et professionnel. En résumé : l’éducation nationale cherche des profs, n’hésitez pas à postuler !  

 


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).