L'or et les devises, solutions de protection pour son patrimoine ?

8 %
La récession en France pourrait être de 8% en 2020.

La crise économique que nous venons de commencer à affronter et qui vient se superposer à toutes celles que nous n’avons pas encore terminé de payer et je pense en particulier à celle des subprimes qui a commencé en 2007, s’annonce être la pire que nous ayons vue.

J’aime l’histoire en général et l’histoire économique en particulier.

La crise de référence lorsque l’on parle de crise économique est celle de 1929. La célèbre grande dépression.

C’est un peu l’étalon de la gravité, l’échelle de « Richter » des tremblements économiques.

La crise de 2020, sur l’échelle de la grande dépression est bien partie pour dépasser tous les anciens records.

Il est donc très logique que les épargnants se demandent comment protéger leurs actifs, leur épargne, leur patrimoine.

L’économiste Exter et ses travaux toujours valables.

L’économiste américain Exter est devenu célèbre pour sa pyramide inversée des liquidités en cas de déflation.

Une récession, c’est globalement une déflation.

Tout finit par baisser.

Plus rien ne se vend.

Les actifs deviennent illiquides.

Il est possible de classer.

Cela donne la pyramide d’Exter.

Tout ce qui est en haut est illiquide, invendable, c’est en rouge. En Orange, le médiocre, et en vers ce qui se comporte le mieux.

En fait la principale leçon à tirer de ce qu’il se passe actuellement, c’est que le modèle théorique d’Exter est valable en 2020 pour cette crise du coronavirus. Les commerces et les boutiques sont invendables, les inquiétudes très fortes sur l’immobilier qui ne doit sa liquidité qu’à l’afflux de crédit et à l’emprunt. Si les acheteurs ne veulent plus ou ne peuvent plus emprunter, c’est le blocage du marché. Nous y serons certainement confrontés. C’est l’ampleur du blocage qui reste inconnue à ce jour.

En bas se trouvent les monnaies officielles et l’or.

En cas de déflation il faut détenir du cash, de la monnaie et de l’or !

C’est ce que nous a enseigné la grande dépression de 1929.

Il faut détenir du cash et de l’or.

Dans le cas spécifique de la zone euro et ses faiblesses intrinsèques, se pose évidemment la question de se désensibiliser à l’euro.

La solution est donc l’or bien évidemment et les métaux précieux en général (on peut inclure de l’argent), mais les autres devises également.

D’où l’idée de ce JT du grenier de la semaine consacré au sujet de l’or et des devises comme moyens de protéger son patrimoine.

C’est également le titre du dernier flash Stratégies du mois d’Avril.

Il couvre cette dernière thématique importante pour vous permettre de rajouter de nouvelles cordes à votre arc stratégique.

Ce flash va également vous permettre de mieux préparer votre déconfinement et vous aidera à mieux acheter aussi bien des métaux précieux, si vous le souhaitez, que des devises en compte ou sous forme d’espèces et donc de billets.

Je vous explique également quelle est la fiscalité sur les métaux précieux et également sur les gains de changes. Les gains de changes c’est comme cela que l’on appelle la fiscalité sur les devises car nous sommes en France et il n’est nul profit, grand comme petit, qui échappe à la sagacité de notre administration fiscale qui a érigé au niveau d’art le plumage des contribuables. Il y a bien tout de même quelques petites solutions pour amoindrir la tonte, ce qui ne l’évite tout de même pas entièrement.

Pour ceux qui veulent en savoir plus c’est ici. Pour tous les abonnés rendez-vous dans vos espaces lecteurs.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous et désormais protégez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.