Diminution drastique des contrats aidés

2017, 40 . Au second semestre 2017, le nombre de contrats aidés sera en baisse de 40 % par rapport aux six premiers mois de l'année.
40 %

110 000 : c’est le nombre de contrats aidés prévus pour les six derniers mois de 2017. Le gouvernement souhaite mettre à plat ce dispositif, jugé trop coûteux et peu efficace dans la lutte contre le chômage.

Diminution de 40 % des contrats aidés pour le deuxième semestre 2017

L’instruction semestrielle ad hoc, sur les contrats aidés, habituellement communiquée en juin, devrait être publiée dans les jours qui viennent. Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a annoncé qu’il y aurait 110 000 contrats aidés pour les six derniers mois de l’année 2017. Cela représente une baisse de 40 % par rapport aux six premiers mois de l’année, et deux fois moins de contrats aidés que pour le deuxième semestre 2016.

D’après Les Echos, Pôle emploi aurait déjà commencé à annoncer la mauvaise nouvelle aux employeurs. Aucun contrat aidé ne serait prévu dans le secteur marchand (CUI-CIE). Dans le secteur non marchand (CUI-CAE), les contrats aidés seront réservés en priorité à l’Education nationale (accompagnants des élèves handicapés) et à la police (adjoints de sécurité). En outre, seuls les emplois d’avenir pourront être renouvelés.

Une rupture brutale

Devant les députés, Muriel Pénicaud a vivement critiqué le dispositif des contrats aidés. Selon elle, les contrats aidés sont non seulement très coûteux mais ils ne permettent ni de lutter efficacement contre le chômage, ni de favoriser l’insertion de ceux qui en bénéficient.

À son arrivée au ministère du Travail, Muriel Pénicaud avait fait part de sa volonté de « mettre à plat » le dispositif tout en évitant « la rupture ». Mais dans les faits, cette diminution du nombre de contrats aidés est plutôt brutale et risque de susciter des remous.

Devant l’Assemblée nationale, Muriel Pénicaud a précisé la stratégie du gouvernement en matière d’emploi. Les investissements « dans la formation et dans le développement des compétences » sont plus à même, selon eux, de réduire efficacement et durablement le chômage.


A découvrir