Et si l'école ne servait plus à rien ? Universités et collèges anglo-saxon en faillite...

15000 DOLLARS
La scolarité universitaire aux Etats-Unis coûte plus de 15.000 dollars
par an.

J’ai deux grandes réflexions à partager avec vous aujourd’hui.

La première concerne l’utilité de l’école.

La seconde la faillite des facs et collèges anglo-saxons.

En ces temps de confinement et deux mois après, je ne trouve pas l’école sortie grandie de tout cela. En réalité le confinement et les deux mois passés à la maison avec les enfants permettent de voir à quel point on ne travaille plus beaucoup à l’école. En fait on y apprend presque plus rien par rapport au temps passé. Le bilan est même désastreux. On peut faire à la maison en 2 heures ce qui prend péniblement une journée en classe. La réalité, c’est que l’école en France est largement devenue une immense garderie. Dans bien des cas, les enfants apprennent même très mal à lire rendant les années « primaires » fastidieuses. L’école devra fondamentalement se réinventer, sinon, elle finira par être complètement ce qu’elle commence à montrer qu’elle est à savoir une simple garderie, un lieu de stockage de gosses dont les parents ne peuvent pas s’occuper puisqu’ils sont soumis aux contraintes de travail et que les familles qui n’ont pas deux salaires, sont généralement très fragiles.

La question est encore plus cruciale quand on intègre le coût de l’éducation, notamment dans le supérieur. Entre une fac presque gratuite et pas terrible, et une école de commerce payante et pas terrible, pour finir par remplir des tableurs excel et noircir au clavier quelques cellules informatiques dont tout le monde se fiche, payé 2 200 euros net pas mois dans le meilleur des cas, le retour sur investissement n’y est pas.

La formation et l’école au sens large deviennent des marchandises comme les autres. C’est une volonté depuis des années, une forme de privatisation rampante, avec toujours à la gueule de nos mamamouchis mamamouchant et bavant, le mot « égalité » qui dégouline comme de la morve infâme. Plus on vous parle d’égalité, plus on met en place les conditions de la destruction des institutions qui avaient de l’ambition pour les enfants, pour tous les enfants.

Du côté de nos amis anglo-saxons, cela fait bien longtemps que tout a été privatisé. Il faut même « attirer » des talents étrangers. Plus j’ai d’étudiants étrangers mieux c’est. En fait, il faut remplir les caisses des facs ! Il faut des frais de scolarité. Il faut devenir des usines à former… Il faut des chambres à louer. Il faut des restaurants pour restaurer. A chaque fois, une nouvelle ligne de profits dans les bilans.

Et brutalement, une pandémie !

Chacun chez soi.

Tout le monde retourne dans son beau pays et adieu veaux vaches et cochons pour ces universités désertées.

C’est un article du journal Forbes ici qui revient sur les difficultés de l’enseignement aux Etats-Unis.

Plus d’une douzaine d’universités supplémentaires commencent des « congés », affectant des milliers de membres du personnel

« L’Université du Wisconsin à Madison, a annoncé un congé de professeurs et de personnel à l’échelle du campus.
Alors que les difficultés financières de l’enseignement supérieur causées par la pandémie de coronavirus continuent d’augmenter, plusieurs autres universités et collèges ont récemment déclaré qu’ils allaient mettre leurs employés en congé. Ces institutions rejoignent les rangs de plusieurs écoles qui avaient déjà pris la décision de mettre leur personnel en disponibilité afin de combler les trous budgétaires croissants dus au virus.

En tête de liste se trouvaient plusieurs grandes universités de recherche. Après que le système de l’Université du Wisconsin a annoncé une politique de congé, plusieurs campus universitaires ont commencé cette semaine à mettre en œuvre leurs plans individuels. Le chef d’entre eux était UW-Madison , qui concernera environ 16 000 professeurs et membres du personnel. Parallèlement d’autres mesures de réduction des coûts comme les départs devraient permettre d’économiser environ 30 millions de dollars sur un déficit prévu de 100 millions de dollars. Les employés gagnant moins de 50000 $ prendraient trois jours, ceux qui gagnent entre 50000 et 80000 $ devraient être mis en congé pendant quatre jours, ceux qui gagnent entre 80001 $ et 150000 $ doivent prendre cinq jours, et ceux qui gagnent plus de 150000 $ devraient prendre six jours.

Trois autres universités de l’ AUA ont également annoncé des congés à grande échelle. À la Pennsylvania State University, environ 2 000 employés répartis sur plusieurs campus seront mis à disposition à demi-salaire, du 4 mai au 30 juin, dans le cadre d’un effort pour faire face à un déficit budgétaire qui pourrait atteindre 260 millions de dollars. »

Les « congés » annoncés ici ne sont pas des congés payés à la française pour aller bronzer tous frais payés à la plage. Non, c’est du chômage partiel non rémunéré.

Du côté de nos voisins britanniques, ce n’est pas mieux… Et cet article du Daily Mail est édifiant.

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemble une tempête parfaite ? Si c’est le cas, jetez un œil aux universités britanniques.

« Il y a seulement quelques années, nos établissements d’enseignement supérieur étaient parmi les meilleurs au monde.

Mais maintenant, paralysés par une mauvaise gestion politique, une corruption institutionnelle et une cupidité éhontée, ils sont au bord du désastre.

Hier, le gouvernement a rejeté la demande des universités d’un renflouement de 2,2 milliards de livres sterling pour les aider à faire face au blocage des coronavirus.

Au lieu de cela, les ministres leur ont dit de continuer à facturer aux étudiants 9 250 £ par an pour les frais de scolarité en ligne.

Comme on pouvait s’y attendre, de nombreux étudiants ne sont pas d’accord… 

« Je paie les frais de scolarité pour aller à mon université en personne, pour être enseigné à mon université en personne », a déclaré un jeune homme à la BBC. « Attendre des étudiants qu’ils paient la totalité des frais pour un service qu’ils ne reçoivent pas est franchement insultant. »

Vous pouvez, bien sûr, voir ce qu’il veut dire. D’autres institutions, telles que les écoles privées, proposent également des cours en ligne, mais ont réduit leurs frais.

Il n’est donc pas déraisonnable de s’attendre à ce que les universités emboîtent le pas.

Le problème, cependant, est que sans ces frais de scolarité, les universités sont confrontées à une crise financière – et l’impact du coronavirus n’est qu’une partie de l’histoire.

Cela fait des années que j’écris sur le secteur de l’enseignement supérieur dans le Mail. À chaque occasion, je reçois des dizaines de lettres angoissées, non seulement de parents qui sentent que leurs enfants sont trompés, mais aussi d’universitaires écœurés par la gourmandise et l’ineptie de leurs propres institutions.

La vérité est que la crise du virus a déclenché un feu de joie alimenté non seulement par des vice-chanceliers avides, mais par des décennies d’ingérence politique honteuse.

Il y a trente ou quarante ans, les meilleures universités britanniques, comme Oxford, Cambridge et diverses institutions de Londres, représentaient l’étalon-or international. Ils représentaient l’excellence et une élite, au meilleur sens du terme.

Mais ensuite, les gouvernements successifs, conservateurs et travaillistes, ont introduit trois innovations aux conséquences désastreuses.

Premièrement, ils ont lancé une campagne malavisée pour pousser davantage de jeunes à suivre un enseignement à temps plein, qu’ils soient adaptés ou non.

Les adolescents qui auraient déjà fait des apprentissages en fabrication ou d’autres qualifications professionnelles ont été encouragés à disparaître à l’université pendant trois ans, même si leurs diplômes (tels que les fameux «  Media Studies  ») valaient rarement le papier sur lequel ils étaient écrits.

Au lieu de cela, il a demandé aux étudiants de supporter une partie du fardeau financier eux-mêmes, sous la forme de frais de scolarité. (En fait, ce ne sont pas vraiment des «frais», car les étudiants ne paient pas tant qu’ils ne gagnent pas plus de 26 575 £ par an. Mais c’est un autre problème.)

Ce que peu de gens réalisent, c’est que les frais de scolarité ne couvrent pas le coût des études universitaires.

Les gouvernements successifs ont donc mis les universités sous une pression incessante pour entasser leurs salles de conférence avec des étudiants étrangers qui paient deux ou trois fois plus parce que – pour le dire franchement – nous avons besoin de leur argent.

Il est impossible d’exagérer à quel point cela a été cynique. J’ai rencontré une fois un universitaire supérieur d’une grande université de briques rouges qui m’a dit, sans aucune honte, que son travail consistait à découvrir quels pays frappés par la pauvreté et déchirés par la guerre venaient de recevoir une aide financière, et à m’assurer ils l’ont remis à son université en frais d’étudiants.

C’est pourquoi le coronavirus a été une catastrophe si particulière pour les universités britanniques.

Tout leur modèle commercial est basé sur l’accueil d’étudiants de plus en plus – pas seulement des étudiants britanniques avec toutes ces offres inconditionnelles, mais des étudiants étrangers, peu importe leur inadéquation avec notre système d’enseignement supérieur.

L’année dernière, par exemple, nos universités ont attiré plus de 120 000 étudiants chinois.

A Liverpool, un étudiant sur cinq est chinois. La vérité est que les universités sont devenues complètement dépendantes de leurs «clients» étrangers.

Mais maintenant, les étudiants étrangers sont rentrés chez eux. Beaucoup ne reviendront peut-être jamais – en particulier les Chinois.

Et donc nos universités, qui avaient déjà emprunté plus de 10 milliards de livres sterling pour payer de nouveaux bâtiments chics pour attirer de nouvelles recrues, sont en faillite.

Naturellement, tout cela est aggravé par la catastrophe des relations publiques des vice-chanceliers, qui sont largement considérés comme des personnifications de l’incompétence et de l’intérêt personnel.

Pour ne prendre qu’un exemple, il se peut que George Holmes, le vice-chancelier de Bentley qui conduit et possède un yacht de l’Université de Bolton, mérite chaque centime de son salaire de 290 000 £, ainsi qu’un prêt de 1 million de £ pour sa maison luxueuse.

Mais avec son université classée 125e sur 131 institutions, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des doutes.

En effet, pour avoir une idée de la cupidité narcissique de certains dirigeants universitaires et de l’irresponsabilité sociale flagrante, il suffit de regarder leur réponse à la crise des coronavirus.

Ce n’est que sous la pression des médias que certains vice-chanceliers – les chefs de Bristol, Nottingham et Édimbourg par exemple – ont accepté des coupures minimes dans leurs énormes paquets de salaires à six chiffres.

Pourtant, de nombreux vice-chanceliers, comme Louise Richardson d’Oxford (425 000 £ par an), ont refusé d’accepter toute baisse de salaire.

Dans le même temps, des centaines d’universitaires débutants ont été mis en congé (c’est-à-dire que le contribuable paiera la facture), les travailleurs à temps partiel ont été poussés hors de la porte et le personnel sous contrat temporaire a été brutalement abandonné.

Pourtant, comme toute personne impliquée dans les universités le sait très bien, ce sont ces personnes qui font la plupart du vrai travail, tandis que leurs supérieurs gonflés se prélassent dans leur grâce et favorisent les demeures.

Je pourrais remplir chaque page du journal d’aujourd’hui avec d’autres symptômes de déclin, des salles de conférence si encombrées que les étudiants écoutent dans les couloirs, aux professeurs surpayés qui passent la plupart de leur temps à des conférences internationales et donc à peine enseignent.

Alors, quelle est la réponse? À court terme, je pense que le gouvernement a probablement raison. Étant donné que les finances des universités sont si désastreuses, elles n’ont d’autre choix que de continuer à facturer la totalité des frais.

Et pour certains étudiants, l’apprentissage en ligne peut en fait être une bénédiction déguisée, leur apprendre à travailler de manière indépendante et à penser par eux-mêmes.

Il y a trop d’universités, trop de diplômes et – soyons honnêtes – beaucoup trop d’étudiants.

Le système actuel de «marché», dans lequel les universités se font concurrence pour attirer des étudiants avec des campus de luxe, des notes gonflées et des diplômes abrutis, est au-delà de la plaisanterie.

Le culte du politiquement correct est devenu une trahison vénéneuse du principe de la liberté d’expression.

Et l’obsession d’attirer de l’argent étranger est une parodie de tout ce que l’enseignement supérieur est censé représenter.

Le gouvernement doit donc saisir cette opportunité.

Éliminer la couche supérieure de la gestion corrompue et gourmande. Fermer certaines universités et forcer d’autres à fusionner. Modifier le système d’admission et réorganiser les classifications des diplômes. Arrêter d’amener nos jeunes vers des diplômes sans valeur. Réduire les frais de scolarité et arrêter d’importer autant d’étudiants étrangers, et enfin et surtout, revenir à l’objectif incessant de l’excellence académique ».

Et oui.

Que l’on soit à Londres, New-York ou Paris, la faillite du système scolaire et éducatif, l’abandon de toute ambition pour nos enfants, ne sont que les mêmes conséquences d’une même politique, mondialiste et marchande de l’éducation devenue une marchandise comme les autres et sans âme.

Les études sont devenues très chères et objectivement inutiles dans de très nombreux cas. Certes, on apprend pas à être médecin « en ligne », mais les formations à la con, il y en a pléthore et c’est autant de fausses promesses et de voies de garage pour nos enfants.

Il faut effectivement tout revoir de la cave au grenier avec deux principes forts.

L’instruction n’est pas une marchandise. L’ambition pour nos enfants n’est pas une option, mais une obligation.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous!


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.