Les bonnes et mauvaises surprises de l'économie collaborative

20 euros
Via Hour Places, vous pouvez louer une maison à l'heure pour une
vingtaine d'euros.

Vous avez au moins une fois entendu parler d'économie collaborative, ou encore économie de partage. C'est la même chose, et c'est tendance. Mais ce secteur émergent et à la croissance folle peut réserver quelques surprises. 

L’économie collaborative est décidément à la mode, et elle n'a pas encore fini de nous réserver des surprises. On connaît la location de voitures entre particuliers avec des services comme Drivy, ou encore de chambres ou d’appartements avec Airbnb. Les loueurs de voitures entre particuliers vous proposent traditionnellement un service à la journée, même si vous n’avez besoin d’une voiture que pour quelques heures. Inéluctable ? Non !

Un service comme Koolicar, par exemple, vous permet de louer une voiture pour seulement une heure si vous voulez. Un petit boîtier est installé dans les voitures des adhérents : il fait le décompte du temps d’utilisation et du nombre de kilomètres parcourus. Une offre identique pour les deux-roues est en phase de test sur Paris, moyennant 2 euros par quart d'heure.

La même chose existe en version Airbnb, via le service Hour Places. Sur ce site, vous pouvez louer à peu près tout et n’importe quoi à l’heure : un studio d’enregistrement dans la capitale (10 euros de l’heure), une salle de réunion à Lille (25 euros de l'heure pour un espace de 50 mètres carrés) ou une piscine privée à Rennes (30 euros de l’heure).

Tous les vendredis, retrouvez la chronique de Jean-Baptiste Giraud, rédacteur en chef d'Economiematin.fr, dans RTL Petit Matin.


A découvrir

Jean-Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour RCF où il est en charge de l'actualité sur web. Il a travaillé pour Perspective Entrepreneurs, Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et ancien membre de l'Association des Journalistes de Défense.