EDF emprunte 513 millions d'euros... sur 100 ans

Cette obligation à 100 ans d'EDF fait partie d'une émission d'un
montant total de 4,7 milliards de dollars.

Dans des emprunts aussi long terme, il y a fort à parier que seuls les intérêts sont à payer et que le capital ne l'est... qu'aux calendes grecques. L'entreprise EDF vient d'émettre des obligations à 100 ans aux Etats-Unis, pour un montant de 700 millions de dollars (513 millions d'euros)...

Aucun Etat ne le fait (la Grande-Bretagne y a songé en 2012, avant de renoncer, et en 2011, le directeur général de l'Agence France Trésor, l'organisme de Bercy qui gère la dette de l'État, déclarait ne pas exclure de le faire, avant de se rétracter). Si les Etats hésitent autant avant d'emprunter sur un siècle, pourquoi EDF le fait-elle ?!

D'abord, parce que ce sont les investisseurs qui le demandent, assure l'entreprise, premier producteur et fournisseur d'électricité en France et dans le monde. Ce qui est bon signe car cela prouve qu'ils ont confiance en l'avenir de l'entreprise, en sa stratégie et en sa capacité à rembourser son prêt... en 2113.

Ensuite, parce qu'Electricité De France réalise des investissements de long terme. Jusque-là, l'entreprise empruntait à 40 ans, ce qui est déjà beaucoup.

Enfin, parce que cela lui permet d'emprunter de l'argent frais... à moindres frais (à un taux de 6% tout de même), alors que de nombreux analystes tablent sur une hausse des taux d'intérêt cette année en raison de l'amélioration de l'économie.

 

Le plus gros montant jamais emprunté à 100 ans par une entreprise européenne


EDF n'est pas la première entreprise au monde à souscrire un emprunt sur une aussi longue durée. GDF Suez en a notamment fait autant en 2011, en Europe, pour un montant de 300 millions d'euros. Mais c'est le plus gros montant jamais emprunté à 100 ans par une entreprise européenne, a fortiori française.


L'obligation à 100 ans d'EDF fait partie d'une émission obligataire d'un montant total de 4,7 milliards de dollars, qui comprend aussi des titres à trois, cinq et 30 ans. Nous voilà rassurés ! 


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.