Emmanuel Macron, le président start-up

10 MILLIARDS
Le président de la République a annoncé la création d'un fonds pour
l'innovation de 10 milliards d'euros.

Emmanuel Macron en avait fait la promesse durant sa campagne : que la France devienne une « start-up nation ». Derrière le slogan, le nouveau président de la République a décliné les mesures qu'il entend mettre en place durant son quinquennat.

Au terme d'une visite au salon Viva Technology qui s'est tenu cette semaine à Paris, le locataire de l'Elysée s'est mis les « start-uppers » dans sa poche avec un discours sur mesure. En France, a-t-il déclaré, on aime l'entrepreneur, « à condition qu’il ne réussisse pas trop bien ou sinon on le jalouse, on le stigmatise et à la fin on le fiscalise et là, c’est terminé ». Un discours que les présents sur le salon connaissent bien et qui n'est pas de mise aux États-Unis où l'échec est valorisé.

Toute l'administration en ligne d'ici 2022

Parmi les mesures qui seront mises en place dans les prochains mois, Emmanuel Macron a rappelé la fin de l'ISF pour tous ceux qui investissent leur argent dans les entreprises hors immobilier (une mesure qui sera inscrite dans la prochaine loi de finances) ; un prélèvement forfaitaire (30%) sur le capital pour « rester attractif » ; création d'un fonds pour l'innovation doté de 10 milliards d'euros. Plus près des Français et de leurs préoccupations, le chef de l'État veut également faire en sorte que toutes les procédures administratives puissent être réalisées en ligne d'ici la fin de son quinquennat, en 2022.

Des contreparties

Enfin, Emmanuel Macron n'a pas oublié d'être un peu politique en apostrophant les entrepreneurs présents sur le salon : s'il leur est permis de s'enrichir, « vous n’aurez pas le droit d’être cyniques, on doit pouvoir s’enrichir mais sans être cupide et égoïste ». Le président a rappelé la montée des populismes partout dans le monde, « face à la City des milliardaires, le peuple a dit non ». Un message qu'il faudra sans doute marteler encore et encore.