5G : l'Arcep annonce les enchères des fréquences pour septembre 2020

2,17 MILLIARDS €
Le gouvernement a fixé un prix plancher de 2,17 milliards d'euros pour
les fréquences 5G.

La prochaine génération du réseau mobile, la 5G, aura bien lieu… et ce malgré la tentative de lobbying de Martin Bouygues et de SFR qui, depuis le déconfinement, ont tenté de faire abandonner le projet au gouvernement. Ce fut un échec : l’Arcep, le régulateur des télécoms, a annoncé que les enchères des fréquences auront lieu en septembre 2020.

Une tentative de retarder la 5G qui a échoué

Depuis le déconfinement, la 5G a été l’objet d’une campagne de dénigrement de la part de SFR et Bouygues Telecom. Les deux opérateurs, par le biais de la presse et des médias, ont déclaré que la nouvelle génération de réseau mobile était inutile ou, a minima, pas une priorité et qu’il fallait d’abord se concentrer sur la 4G.

Le point culminant de cette tentative, finalement vaine, de faire changer d’avis le gouvernement et d’obtenir un report des enchères des fréquences a connu son point culminant lors d’une audition au Sénat le 10 juin 2020 où Bouygues Télécom, représenté par Martin Bouygues, son patron, et Olivier Roussat, Président de l’opérateur, ont déclaré que la 5G n’allait « rien changer » avant 2023. Le temps que le réseau soit prêt, en somme.

Mieux, Didier Casas, DG de Bouygues Télécom également présent s’est inquiété d’un déploiement de la 5G avant même les résultats de l’Anses sur les effets sur la santé. Un problème qui, toutefois, ne se posait pas avant la crise du Covid-19 pour les opérateurs.

La 5G ne sera pas reportée très longtemps

L’objectif des deux opérateurs était, bien évidemment, le report des enchères des fréquences dont l’attribution leur coûtera des milliards d’euros. 2,17 milliards minimum, c’est le prix plancher fixé par le gouvernement, et potentiellement deux à trois fois plus. Avec la crise économique qui arrive, les opérateurs ont donc tenté de réaliser quelques économies pour 2020, quitte à retarder le développement de la France : en Europe, l’Allemagne ou encore l’Italie ont déjà réalisé les enchères pour les fréquences 5G. Mais, d’une manière générale, l’Europe est à la traîne sur le déploiement de cette technologie.

L’Arcep ne semble donc pas vouloir creuser encore l’écart avec les autres pays du monde. Après avoir été contraint de retarder les enchères, prévues pour avril 2020, à cause de la pandémie, le régulateur a annoncé le 11 juin 2020 qu’elles se tiendront bien d’ici la fin de l’année. Mieux, à la fin du troisième trimestre 2020, entre le 10 et le 20 septembre.


A découvrir