Enfin le gouvernement lance ses « pions » sur le temps de travail ?

11 MILLIARDS €
La retraite anticipée pour travail démarrant entre 18/20 ans, coûte
encore à la société française 11 milliards par année !

La France a toujours été très en avance pour « lâcher » du « social » mais très en retard pour le financer. Le financer mais par quels moyens, les déficits, la dette ?

Le premier à avoir été élu avec ce type de programme, c’est François Mitterrand en 1981 avec toute une batterie d’avancées sociales et surtout d’acquis sociaux comme le disent les syndicats.

Le passage de 40 à 39 heures semaine.

La cinquième semaine de congés.

Le 8 mai redevenu férié (supprimé sous Giscard d’Estaing).

Et surtout la retraite à 65 ans passée à 60 ans.

Soit 5 années de productifs les plus chers payés qui passent en retraite. Cinq années de moins de salaires, cinq années de moins de cotisations salariales et patronales, cinq années de baisse de consommation, cinq années de baisse de rentrées d’impôts. Cinq années suivies de deux dévaluations du franc !

Il faut rappeler qu’un senior qui part trop tôt en retraite faire perdre à l’économie la valeur financière de 4 jeunes embauchés !

Sans compter les trois autres ordonnances, citées ci-dessus. A vous de calculer : une journée de moins non travaillée, c’est 2 milliards de perdus par année.

Cette seule ordonnance des 60 ans a coûté à la France la modique somme de 300 milliards d’euros chaque année depuis 1983. Et près de 200 milliards depuis 2017, fin de mise en place de la retraite à 62 ans.

Début 2000, le passage aux 35 heures tout en augmentant la productivité horaire, a fortement diminué la productivité globale, cause : moins d’heure travaillées. Nous sommes même descendus à la 25ème place mondiale !

C’est la durée de vie qui n’a jamais été prise en compte ou si peu. Seul François Fillon en 2003 et en 2011 a fait augmenter la durée d’activité en repoussant l’âge de départ et aussi en allongeant les durées de temps d’activité minimum pour obtenir une retraite à taux plein.

Il faut aussi rappeler les temps de travail :

50 heures travaillées par semaine en 1946 et 36,2 heures réalisées et payées aujourd’hui (Moyenne hors temps partiel et salariés non cadres.

Départ en retraite à 65 ans, sans dérogation, ni préretraite, ni retraite anticipée. Puis 60 ans depuis 1983 et 62 ans depuis 2017.

graph

Sur ce tableau vous pouvez constater que la France est bonne dernière sur les pays les plus représentatifs d’Europe.

Nous sommes les derniers en temps de travail à la semaine, au mois, à l’année et surtout sur la durée de vie, ce qui est le plus important.

Compte tenu de l’augmentation de la durée de vie et des diminutions du temps de travail, il n’y a plus qu’1,4 cotisant pour 1 retraité alors que c’était 6 pour 1 en 1945 !

En 2040, il faudra qu’un salarié cotise 60% de sa paie pour avoir la même retraite qu’avant. En fait, c’est comme s’il cotisait pour lui (1 pour 1) presque comme aux Etats-Unis pour ceux qui le veulent et le peuvent.

Avec l’augmentation de la durée de vie depuis la dernière guerre : 23 années, la diminution des temps de travail et d’activité, la hausse des dépenses d’état, il faudrait 11.500 heures travaillées en plus par salarié sur la durée de vie pour retrouver un pays en excédent, des caisses de Sécurité Sociale, de Retraites, d’Assedic sans déficit. Des administrations qui auraient les moyens de gérer tous leurs besoins en répondant rapidement et efficacement aux exigences des concitoyens concernés.

Cela permettrait une forte relance de l’économie : Consommation, investissements, une diminution des charges entreprises avec une remontée de leur marge qui en ont bien besoin. Elles sont en moyenne 10 points en dessous de celles des principaux pays industrialisés européens !

Cela pourrait aussi assez rapidement compte tenu des rentrées importantes de prélèvements, permettre de diminuer une part de ces derniers, en priorité sur ceux attachés aux salaires.

Pour ne pas aggraver le budget de l’état, l’augmentation du temps de travail de la fonction publique devrait être différée d’au moins une année. Lorsque l’activité sera relancée et que les rentrées seront suffisantes, il sera temps de passer aux 40 heures payées 40 heures, ce qui relancera encore l’activité par le surcroît des salaires.

Pour arriver à faire passer « ce morceau »,  de la pédagogie et communication s’imposent :

En passant à 40 heures qui va y gagner :

Le Smic augmentera de 210 euros par mois.

Tous les salariés non cadres auront une augmentation de salaire de 14,3%.

Les caisses de Sécurité sociales, de retraites et d’Assedic vont avoir de fortes rentrées supplémentaires de charges sociales : 22% de charges salariées et plus de 40% employeurs sur le supplément de salaire.

Ce qui pourra rapidement permettre quelques pourcentages de baisse de charges salariées qui pourraient redonner du pouvoir d’achat supplémentaire.

Il est à noter que ces soit disant acquits : 60 ans et 35 heures, n’ont pas été conquis de « haute lutte », ils ont été mis en place d’une façon idéologique dans le programme présidentiel pour le premier et de façon soit disant analytique de répartition du travail pour le second.

Il est bon de rappeler aussi :

Qu’une seule heure travaillée en plus, apporterait 22 milliards de plus par année dans l’économie.

Qu’une seule année 62/63 ans ramènerait 65 milliards de plus par année dans l’économie.

De quoi remplir facilement toutes les caisses.

Pour ne pas fragiliser certaines entreprises, les 40 heures pourraient être étalées, par exemple : 42 heures puis une heure de plus par année suivante.

Il faut aussi ajouter les jours non travaillés, c’est-à-dire les jours de congés ainsi que les jours fériés. Là aussi la France est dans le peloton de tête, ce qui n’arrange pas le porte-monnaie.

Ci-dessous le tableau des jours de congés et fériés de douze pays d’Europe

PAYS

Congés payés

Jours fériés

Total

Autriche

25

13

38

Malte

24

14

38

Grèce

25

12

37

France

25

11

36

Suède

25

11

36

Espagne

22

14

36

Royaume-Uni

28

8

36

Portugal

22

13

35

Italie

20

11

31

Belgique

20

10

30

Irlande

20

9

29

Pays-Bas

20

8

28

Dernière proposition, alors que l’on manque de personnel qualifié : Il serait intéressant de supprimer toutes les retraites anticipées (sauf pour le handicap). La seule mesure prise par François Hollande : la retraite anticipée pour travail démarrant entre 18/20 ans, coûte encore à la société française 11 milliards par année !

Dernière mesure impérative pour pérenniser définitivement le système et ne plus y revenir :

ETABLIR LA DUREE D’ACTIVITE PROPORTIONNELLE A LA DUREE DE VIE DES RETRAITES.

En conclusion, les 60 ans ont mis l’économie française et le pays à genoux, les 35 heures ont fini par les mettre à terre.

www.danielmoinier.com


A découvrir

Daniel Moinier

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.