Vente de TAG, réseau géant de gazoducs au Brésil, Engie fixée début avril

Engie, qui cherche à racheter depuis un an le réseau de gazoducs brésilien TAG (Transportadora Associada de Gas), filiale du groupe pétrolier Petrobras, verra probablement son souhait se réaliser début avril.

Petrobras lance la dernière phase du processus de vente

Le président de Petrobras, Roberto Castello Branco, a en effet annoncé lors d’une interview donnée à Houston aux États-Unis le 10 mars 2019, que le groupe prévoit de finaliser la vente plus tard ce mois-ci. Le réseau de gazoducs TAG couvre 10 États du nord du Brésil et constitue une part majeure du plan de cession d’actifs de Petrobras. Ce plan prévoit de céder au total 27 milliards de dollars d’actifs pour réduire la dette du groupe et lui permettre de consacrer plus de ressources à sa production pétrolière offshore.

Engie vainqueur du premier appel d’offres

Lors de la première phase, Engie associée à la Caisse de Dépôt et Placement du Québec avait présenté l’offre la plus élevée, environ 8 milliards de dollars, dette comprise.

Selon le président de Petrobras, des offres finales sont attendues des trois consortiums ayant participé au premier round, donnant ainsi à toutes les parties la possibilité de proposer un prix plus élevé. Le prix final devrait se situer entre 8 et 9 milliards de dollars.

Du changement chez les concurrents d’Engie

Parmi les adversaires du groupe français, le consortium formé par le fonds souverain émirati Mubadala Investment Company et le fonds nord-américain, EIG Global Energy Partners, a confirmé son intention d’enchérir.

L’agence Reuters annonçait le 18 mars 2019 que le leader du troisième consortium, le groupe australien Macquarie, avait lui décidé de jeter l’éponge. Selon des sources proches du dossier, les autres membres du consortium, le fonds de pension canadien CPPIB et les banques d’investissement Itausa Investimentos SA et Cambuhy Investimentos Ltda auraient toutefois l’intention de poursuivre les enchères. Rien n’indique pour l’instant qu’ils chercheront à remplacer Macquarie.

Les trois consortiums ont jusqu’au 2 avril 2019 pour déposer leurs offres finales.

Photo courtesy of bodym/iStock/Getty Images


A découvrir