Eoliennes : un député veut la peau des opposants

Selon une prévision, le secteur français de l'éolien connaîtra une
croissance de 223% sur la période 2014-2025.

Manifestement le député Philippe BIES se prend pour Robespierre.

Engagé manifestement dans le camp des khmers Verts qui souhaitent coute que coute imposer la destruction du paysage par l'installation d'aérogénérateurs en France le député vient de poser une question à l'Assemblée Nationale qui rappelle les heures les plus sombres de notre histoire.
Afin de déstabiliser la résistance active des anti-éolien, les députés affairistes à la solde des promoteurs éoliens veulent supprimer toutes les contraintes administratives afin de pouvoir parsemer la France de ventilateurs géants au profit de multinationales dont on sait aujourd'hui qu'elles sont liés à la Mafia.

Les revenus obtenus par les éoliennes sont gigantesques et même le Président de la République a pu déclarer à ce sujet: « On a pu constater parfois qu'il y avait eu des effets d'aubaine, des gâchis des deniers publics et des comportements spéculatifs ».

Monsieur le député Philippe BIES quant à lui souhaite tout simplement dans le cadre d'une question à l'Assemblée Nationale à la Ministre de l'Ecologie que les associations anti-éoliens dévoilent la liste des donateurs et des membres de ces associations afin de pouvoir intimider les résistants.

Il s'agit là d'une atteinte très grave à la déclaration des droits de l'Homme et le député BIES serait plutôt bien inspiré de relire son histoire. Sa demande consiste ni plus ni moins à un fichage des membres des associations et à une délation pour délit d'opinion.

Demains, les membres des associations anti-éoliens puis les membres associations religieuses, des associations familiales etc... Manifestement Monsieur Philippe BIES se prend pour Robespierre et souhaiterait soumettre à la vindict les résistants qui luttent à armes inégales contre les lobbys politico-mafieux de l'éolien.

 

Mais pour qui se prend-t-il ce Monsieur ?

 

On se souvient également de l'ancien Ministre, Mr Jean Arthuis le « collabo » de l'éolien qui en appelait à (sic) un devoir de résistance des élus contre les citoyens qui défendent leurs environnement et leur biens. On est bien là dans une atteinte grave de la démocratie et à droite comme à gauche les élus se complaisent manifestement pour cautionner cette dictature verte.

 

Manifestement, certains élus (comme Brottes, Arthuis ou Bies) se sont placés à la solde du lobby éolien. Ils devraient s'abstenir de défendre cette nouvelle dictature verte car cela se retournera immanquablement contre eux le jour où l'immense scandale de la corruption et des prises illégales d'intérêt dans le secteur éolien sera dévoilé au grand public.

 

On sait également qu'un député a accompagné dans une région de France un maire qui avait un intérêt personnel afin de rencontrer l'ancien Ministre de la Défense pour que ce dernier change le couloir aérien militaire afin que les éoliennes soient placées sur ses terres!

 

Il va s'en dire que le courant actuel du gouvernement qui consiste à supprimer tout garde-fou se retournera immanquablement contre les instigateurs.

 

Aujourd'hui il est plus que nécessaire qu'une grande enquête nationale ait lieu sur le sujet car manifestement les élus perdent les pédales et ne se rendent plus compte qu'ils ont atteint la ligne rouge écarlate.

 

La commission d'enquête demandée il y a quelques mois par 32 députés est aujourd'hui plus que d'actualité.


A découvrir

Louis Marin

Louis Marin est Président d'une des 1500 associations anti-éolien françaises.
Après avoir étudié en détail les dossiers d'implantation d'éoliennes il a découvert à quel point cette industrie utilisait de manière systématique la corruption et des mécanismes financiers plus que douteux.