Épargner ? Impossible pour 6 Français sur 10

31 %
31% des femmes en France déclarent être en mesure d'épargner à la fin
du mois.

Tandis que l’inflation augmente à la suite de la crise de la Covid-19 et de son impact sur l’économie mondiale, au point que le gouvernement a décidé de faire un geste pour les ménages, un sondage de l’Ifop publié par Le Journal du Dimanche dévoile qu’épargner à la fin du mois est de plus en plus compliqué pour les ménages. Moins de la moitié y parvient à la fin du mois.

Épargner à la fin du mois est une affaire de riches

Le résultat du sondage Ifop publié sur le JDD le 21 octobre 2021 par Jean-Philippe Dubrulle, directeur d’études auprès de l’institut de sondage, révèle sans surprise que les ménages français les plus à même d’épargner sont les ménages aisés. 71% d’entre eux réussissent à mettre de l’argent de côté à la fin du mois, une fois les dépenses contraintes payées comme le loyer ou encore les facture d’énergie et les courses.

Inversement, seulement 33% des employés parviennent à économiser quelques euros à la fin du mois, et cette part baisse chez les ouvriers (23%) et chez les ménages les plus pauvres dont les revenus sont inférieurs à 900 euros par mois (21%).

Finalement, selon l’Ifop, sur l’ensemble des ménages français, seulement 39%, soit moins de 4 sur 10, sont en mesure d’épargner. Une part en forte baisse, souligne l’Ifop : ils étaient 44% à estimer être capables d’épargner en 2014, et même 54% en 2010, soit une baisse de 15% en 11 ans.

La capacité à épargner varie en fonction de l’âge, du sexe…

Inégalités salariales obligent, les femmes sont moins en mesure d’épargner que les hommes : moins d’un tiers des Françaises (31%) se dit capable de mettre de l’argent de côté à la fin du mois, contre près de la moitié pour les hommes (47%).

Et cette capacité à épargner évolue également avec l’âge, mais peut-être différemment qu’attendu : ce sont les moins de 35 ans qui se disent le plus en mesure d’épargner (45%), contre 36% pour les plus de 35 ans. La fondation d’une famille, l’indépendance (comme l’achat d’une maison) ou encore la fin de l’aide parentale pèsent donc lourd sur le budget mensuel.

... mais aussi en fonction des affinités politiques

Une différence se note également, selon le sondage publié sur le JDD, concernant les affinités politiques des ménages capables, ou non, d’épargner. Ce sont les Français votant à droite qui semblent plus en mesure de mettre de l’argent de côté puisque plus de la moitié (56%) estime être en mesure de le faire. Les ménages votant à gauche ne sont pas loin : 42%, donc légèrement moins de la moitié, disent la même chose.

Au contraire, les sympathisants du Rassemblement National, donc de l’extrême droite, ne sont que 22% à déclarer pouvoir mettre de l’argent de côté une fois leurs dépenses contraintes mensuelles payées.


A découvrir