Pourquoi il ne faut pas avoir plus de 3000 euros sur son livret A

0,75 %
Le taux du Livret A et du LDDS est de 0,75%

A la fin de l’année 2018, les ménages français détenaient 1 159 milliards d’euros sur des comptes courants ou sur des livrets d’épargne, dont 267 milliards d’euros sur le seul livret A*. Ces montants colossaux, mal répartis, ne rapportent pas ou peu d’argent aux épargnants. Il existe pourtant des bonnes pratiques pour optimiser la gestion de son épargne courante, et en tirer des revenus.

Presque un tiers de l’épargne des Français ne fructifie pas, ou peu. Au regard du niveau d’inflation actuel (1,8% en 2018), laisser son épargne sur un livret A au taux rémunérateur de 0,75% ferait même perdre de l’argent. Une situation toutefois globalement acceptée par les épargnants, qui considèrent ces placements comme une façon de sécuriser leur patrimoine tout en l’ayant à disponibilité. L’argent sur le compte courant et sur les livrets servirait donc à subvenir aux dépenses courantes, urgentes et imprévues, ou tout simplement à être là “au cas où”. Malheureusement, cette précaution s’avère généralement superflue : la majeure partie de l’argent placé sur les livrets A n’est en réalité jamais utilisée. A titre d’exemple, si 61% des livrets A contiennent plus de 15 300€, le montant du retrait moyen est de 527 euros, pour cinq occurrences par an*. L’épargne présente sur les livrets, puisqu’elle ne remplit pas réellement son rôle, pourrait ainsi être réorientée vers des placements plus rémunérateurs.
Pas plus de 3000 euros sur ses livrets
 
Comment déterminer ce qui doit rester sur son compte courant, ce qui doit être placé sur un livret, et ce qui doit être investi ailleurs ? Une bonne pratique revient à répartir son épargne courante (ce que vous voulez avoir à disposition, quelles qu’en soient les raisons) comme suit :  • l’équivalent d’un mois de revenus doit se trouver sur votre compte courant ; • l’équivalent d’un mois de revenus, avec un maximum de 3000 euros, doit se trouver sur un livret extrêmement liquide et sécurisé (généralement le livret A) ; • le reste de votre épargne courante peut être investi sur d’autres placements plus rémunérateurs, à condition qu’ils présentent un niveau de sécurité élevé et que l’épargne reste disponible rapidement.
 
Ce faisant, vous aurez suffisamment de quoi subvenir à vos dépenses courantes tout en minimisant le risque de vous retrouver à découvert ; de même, en cas de dépenses imprévues (réparation d’une voiture, travaux de plomberie, shopping ou autres petits plaisirs de la vie, etc.), l’épargne sur vos livrets pourra prendre le relai. Enfin, vous pourrez mobiliser le reste de votre épargne courante en cas de besoin. Si cela n’arrive jamais, vous aurez alors profité sur la durée d’une performance améliorée sans avoir souffert d’aucune contrainte. Ce serait bien dommage de s’en priver.
 
Cette répartition n’est pas figée et est à nuancer au regard de votre situation personnelle. Toutefois, nous estimons qu’elle est satisfaisante dans la majorité des cas.

Quelles alternatives au livret A en 2019 ?

Comment choisir son placement alternatif au livret A ? En 2019, il n’y a malheureusement plus beaucoup de solutions satisfaisantes. Il est par exemple nécessaire de faire de légères concessions sur le “zéro risque” et l’ultra liquidité des fonds.

Les autres livrets bancaires

LDDS (0,75%), LEP (1,25%), comptes sur livret (moyenne de 0,26% selon la banque de France), etc. les niveaux de rémunération des placements sécurisés sont toujours aussi peu reluisants en 2019. Ils ne constituent plus une alternative intéressante à votre livret A.
Par ailleurs, oubliez le PEL (1% pour ceux ouverts après le 31 août 2016) qui, en plus d’être fiscalisé, bloque l’épargne.

Le fonds euros d’une assurance-vie

En 2018, la moyenne des rendements des fonds euros se situait autour de 1,6%, avant fiscalité (17,2% de prélèvements sociaux et 12,8% d’impôts sur le revenu). S’il est encore possible de trouver des fonds euros affichant une rémunération de 2% et plus, ce sera de moins en moins le cas dans les années à venir, notamment du fait de l’état du marché obligataire.
 
Le choix du fonds euros nécessite aussi de souscrire à une assurance-vie, avec des contraintes de disponibilité de l’épargne à prendre en compte. Même si contrairement aux idées reçues, l’argent n’est pas bloqué au sein d’une assurance-vie, le processus de rachat, partiel ou total, prend encore trop de temps selon le distributeur.

Se constituer un portefeuille obligataire

En investissant uniquement sur des fonds obligataires composés d’obligations émises par des entreprises et des Etats présentant de faibles risques d’insolvabilité, il est possible de se constituer un portefeuille sécurisé et à la performance améliorée au sein d’une assurancevie.  
 
Toutefois, puisque la clé du succès réside dans la pertinence de la sélection, il faudra la plupart du temps passer par un conseiller en gestion de patrimoine ou un banquier privé.  N’imaginez pas non plus acheter des titres obligataires en direct : il vous faudra pour cela débourser plusieurs dizaines de milliers d’euros.

L’assurance-vie mixte (fonds euros / fonds obligataires)

La dernière option est probablement la plus adaptée à la problématique : au sein d’une assurance-vie, se constituer un portefeuille composé principalement d’un fonds euros et d’une partie en fonds obligataire (dette corporate et dette souveraine de pays émergents ou indexés sur l’inflation) permet de placer son argent de façon très sécurisée tout en préservant sa disponibilité.  
 
En conclusion, il ne faut pas laisser plus de 3000€ sur vos livrets (somme de tous vos livrets) car au niveau d’inflation actuel, votre performance en fin d’année sera en réalité négative. Ce qui reste de votre épargne de disponibilité, il faut le placer sur une assurance-vie proposant un portefeuille alternatif aux livrets, à la performance bien plus élevée et à la liquidité préservée.
 
 
*(source : rapport annuel de l'épargne réglementée publié par l’AMF 2019)


A découvrir