L'Europe taxe à nouveau lourdement les panneaux solaires chinois

Selon les estimations de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise
de l'Energie (Ademe), 14 500 emplois ont été détruits dans la filière
photovoltaïque entre 2010 et 2012, soit près d'un poste sur deux en
France.

La guerre commerciale n'aura pas eu lieu, mais la bataille avec les rebelles recommence. Un tiers des producteurs de panneaux solaires chinois qui ont refusé de signer l'accord conclu cet été entre Pékin et Bruxelles vont voir leurs produits taxés à partir de vendredi. L'Union européenne, furieuse de voir qu'il reste des impétrants, en a décidé ainsi, et ce pour une durée d'au moins deux ans 

 

Les Chinois qui vendent leurs panneaux à un prix minimum ne seront pas taxés

 

Pour les autres, ceux qui ont accepté cet été d'appliquer un prix minimum sur chacun de leur panneau solaire importé en Europe, et donc d'enterrer la hache de guerre, pas de taxe !

 

On l'a compris : le problème, c'est que les producteurs de panneaux solaires européens ne peuvent plus vendre leurs produits face à a concurrence des chinois, qui vendent en Europe leurs produits à un prix de près de 90% inférieur à leur coût.


L'accord amiable conclu cet été entre Bruxelles et Pékin prévoit que le prix minimum d'un panneau est de 56 cents par watt qu'il est en mesure de produire (contre un prix tournant autour de 59 cents jusque-là). Cette tarification s'applique aux sept premiers gigawatts de panneaux solaires importés et tout dépassement de ce quota est frappé d'une taxe de 47,6%.


Alors qu'avant l'accord, Bruxelles imposait un droit de douane d'urgence de 11,8% sur les importations de panneaux solaires chinois, et menaçait de les taxer à hauteur de 47% à partir d'août si aucun accord n'était trouvé.


En France, un emploi sur deux détruit dans la filière

Ces mesures anti-dumping visent à protéger la filière européenne, en bien mauvaise santé, du fait notamment de la forte concurrence des panneaux chinois.

Rien qu'en France, selon les estimations de l'Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Energie (Ademe), 14 500 emplois ont été détruits dans la filière photovoltaïque entre 2010 et 2012, soit près d'un poste sur deux.

Selon les chiffres chinois, la Chine a exporté en 2011 pour 35,8 milliards de dollars d'équipements solaires, dont plus de 60% vers l'UE.


A découvrir

Laure De Charette

Journaliste depuis 2005, Laure de Charette a d'abord travaillé cinq ans au service France du quotidien 20 Minutes à Paris, tout en écrivant pour Economie Matin, déjà. Elle est ensuite partie vivre à Singapour en 2010, où elle était notamment correspondante du Nouvel Economiste et où elle couvrait l'actualité politique, économique, sociale -et même touristique !- de l'Asie. Depuis mi-2014, elle vit et travaille à Bratislava, en Slovaquie, d'où elle couvre l'actualité autrichienne et slovaque pour Ouest France et La Libre Belgique.

Elle est aussi l'auteur de plusieurs livres, dont "Chine-Les nouveaux milliardaires rouges" (février 2013, Ed. L'Archipel) et "Gotha City-Enquête sur le pouvoir discret des aristos" (2010, Ed. du Moment). Elle a, à nouveau, rejoint l'équipe d'Economie Matin en 2012.