Faux notaires : arnaque aux fausses assurances vie

40000 €
Quelque 40 000 euros ont été soutirés à un habitant de l'est de la
France.

Je vais vous parler aujourd’hui de l’arnaque du mois, et peut-être même de l’année, tellement elle est élaborée et perverse.

L'identité du notaire usurpée

Vous venez de perdre un proche. Quelques jours plus tard, un courrier à en-tête d’un notaire arrive à votre domicile. il vous annonce que le défunt vous a laissé un héritage. Le notaire qui vous écrit est chargé de vous le transmettre. Mais attention ! Pour pouvoir vous virer l’argent, provenant d’une assurance vie par exemple, il faut de toute urgence régler des frais administratifs.

Vous avez compris l’arnaque : bien évidemment, il n’y a aucun héritage en attente chez ce notaire. Un notaire qui existe réellement, mais dont l’identité a été usurpée à son insu. Le courrier est parfois un simple mail.   

Des centaines d'euros perdus

Bien entendu, l’arnaque ne marche pas à tous les coups. Nombreux sont les gens qui se méfient, ne connaissant pas ce notaire. Ils l’appellent, et la magouille leur saute aux yeux. Le dégoût avec alors qu’ils viennent effectivement de perdre un proche. Mais d’autres, accablés par le chagrin, se laissent piéger. Le préjudice est alors de quelques centaines d’euros, parfois un peu plus.

Évidemment, les escrocs disparaissent aussitôt, il est difficile pour les policiers et les gendarmes de les traquer. Morale de l’histoire : il ne faut pas croire au père Noël. Tout comme les loteries sur Internet ne devraient en théorie tromper personne, les faux héritages font partie des arnaques les plus éculées. La nouveauté, c’est bien entendu de faire tout “pour de vrai”, avec de vrais faux courriers à en-tête de notaires. Méfiance donc. 

Retrouvez le podcast


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur Sud Radio de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).