La FED parle... les marchés montent encore plus !

3 %
Seuls 3% des cas de coronavirus sont jugés critiques par l'OMS.

Les quelques petites phrases prononcées par Jay Powell le gouverneur de la Fed la banque centrale ont suffit semble-t-il pour galvaniser des marchés boursiers inoxydables et que rien ne semblent pouvoir arrêter.

Il faut dire tout de même que le grand timonier non pas de l’Empire du milieu mais de l’an pire de la bourse de Wall street, a eu quelques propos lumineux, géniaux même (c’est ironique bien entendu).

Qu’a-t-il dit ?

Ces propos remarquables.

« Le président de la Réserve fédérale, Jay Powell, a déclaré que la banque centrale «surveillait de près» les risques pour l’économie américaine de l’épidémie de coronavirus en Chine qui menaçait de ralentir la croissance dans le monde ».

Quand même. Moi ce genre d’analyse profonde ça me donne envie d’acheter des actions par milliers pour mettre dans mes petits souliers (pas contaminés) quand l’usine du monde est à l’arrêt. Mais comme Jay est un type à la réflexion fulgurante il est allé encore plus loin dans l’analyse. Accrochez-vous.

« Les risques pour les perspectives demeurent », a déclaré M. Powell lors d’un témoignage lors d’une audition devant le comité des services financiers de la Chambre mardi. « En particulier, nous suivons de près l’émergence du coronavirus, ce qui pourrait entraîner des perturbations en Chine qui se répercuteraient sur le reste de l’économie mondiale. »

Cela pourrait seulement entraîner des perturbations en Chine qui se répercuteraient sur le reste de l’économie. J’aime le double-conditionnel. C’est vrai que les Chinois pourraient ne pas être en quarantaine par millions et que les usines semblent super bien productives actuellement…

« Nous savons qu’il y aura très probablement des effets sur les États-Unis », a-t-il déclaré aux législateurs, ajoutant qu’il était trop tôt pour dire quels seraient ces effets.

Oui, c’est effectivement probable, mais je vous propose d’acheter tout plein d’actions d’entreprises qui produisent en Chine et vendent ici.

« La question que nous nous poserons est la suivante : s’agit-il d’effets persistants qui pourraient conduire à une réévaluation matérielle des perspectives ? », A déclaré M. Powell. Le président de la Fed a précédemment déclaré que la Fed n’augmenterait pas son taux directeur à moins d’avoir une raison pour une « réévaluation matérielle de l’économie américaine ».

Dans le blabla technocratique ci-dessous l’important c’est le « persistant »… et je vous renvoie à mes articles et à la vidéo sur le concept MTR pour maîtrisables, temporaires et réversibles. Si les effets de la crise sont MTR alors pourquoi même se fatiguer à vendre des actions qui vont continuer à monter…

Bref, ne vous inquiétez pas les petits, je peux imprimer autant de billets que vous voudrez en cas de pépin, donc continuer à acheter des actions, don’t panic and keep calm…

Fed Chair Jay Powell, to lawmakers:

« We are closely monitoring the emergence of the #coronavirus, which could lead to disruptions in #China that spill over to the rest of the global economy. » https://t.co/tfP0wfE5h5

— David Gura (@davidgura) February 11, 2020

Et puis nos amis Chinois sont très très forts et prennent plein de mesures tout aussi fortes pour chasser et emprisonner, pardon isoler et câliner les petits malades, dans des camps de fortune constitués de gymnases, salles de concert et palais des congrès, pardon des hôpitaux fabuleux construits en seulement 10 jours, et en plus la banque centrale de Chine apporte un énorme soutien à l’économie en mettant tous les sous qu’il faut.

#POWELL LIVE: Chinese government took strong measures to contain the #coronavirus; the People’s Bank of China has done a lot to support the economy | #FED | pic.twitter.com/wHl7KGuemz

— Kitco NEWS (@KitcoNewsNOW) February 11, 2020

Alors gardez le moral, achetez des actions, soyez positif. Tout va très bien.

Enfin, ne regardez pas, surtout pas, le marché du pétrole qui lui nous dit que l’économie chinoise est totalement l’arrêt. Ne regardez pas plus les exportations de cuivre chilien que les Chinois ne veulent même plus.

Achetez on vous dit.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.