D'ici 6 mois vous serez tous fichés en identification faciale, vocale ou digitale

Mes chères impertinentes, mes chers impertinents,

Ho, rassurez-vous, il n’y a là, hélas, aucune « fake news ». Mais on vous expliquera quand ce sera nécessaire que c’est évidemment pour votre bien, pour votre sécurité on n’arrête pas le progrès.

Evidemment dans notre monde où l’hypocrisie atteint des sommets exquis de finesse et de raffinement, ce n’est pas l’Etat qui va vous ficher à ce point, non, ce sera votre banque.

Pourquoi ?

Parce que « l’Europe », la gentille et bienveillante Europe qui est suffisamment loin et désincarnée est globalement à l’abri des peuples. Elle a été conçue pour cela.

Elle a été conçue pour obliger les États à faire ce que les Etats n’auraient jamais pu accepter dans le cadre d’une souveraineté normale et d’une démocratie acceptable.

« C’est pas ma faute, c’est l’Europe qu’a dit » !

Et l’Europe que dit-elle? Qu’il faut en finir avec les mots de passe écrit sur des post-it sous le clavier, et qu’il faut passer à la vraie authentification dite « forte » en particulier pour les banques.

Ainsi on vous imposera de vous identifier avec une reconnaissance digitale, vocale ou faciale.

Bienvenue dans votre enfer.

Alors personne ne vous en parle, c’est tout de même pas totalement exact car il y a cet article que je vais citer du Siècle Digital qui en parle (mais sans aller au bout de ce que signifie cette nouvelle norme c’est-à-dire un fichage massif de données biométriques de toute la population), ou encore cet article sur le très complotiste site d’une banque appelée Crédit Mutuel (c’est ironique évidemment).

Soutien à la mise en conformité

Voici le blablabla officiel…

« Les banques au sein de l’UE sont tenues de se conformer aux exigences d’authentification forte du client (Strong Customer Authentication, ou SCA) prévues dans la directive sur les services de paiement (DSP2) d’ici septembre 2019. Nous assisterons inévitablement, dans le cadre de leur mise en conformité, à un investissement accru des banques dans l’authentification forte et notamment dans la biométrie.

En outre, la capacité des plateformes en ligne à tirer parti des protocoles d’authentification forte devrait contribuer à faire de la SCA la règle plutôt que l’exception : La prise en charge d’une authentification forte standardisée dans l’ensemble des navigateurs web, ainsi que dans Windows 10 et Android, laisse envisager que l’authentification forte continuera à se déployer vers des millions de nouveaux utilisateurs d’Internet cette année ».

Ca va être vachement plus simple… Puisqu’on vous le dit !

« En pratique, un utilisateur fait glisser un doigt, prononce une phrase, regarde un objectif, ou appuie sur le bouton d’un système d’authentification matériel pour se connecter, payer un article, ou utiliser un service en ligne. Cette vérification de l’utilisateur est utilisée comme un facteur initial, pour ensuite déverrouiller un deuxième facteur plus sûr : une clé cryptographique privée qui authentifie l’utilisateur au service. Comme les données biométriques et clés cryptographiques sont stockées sur des dispositifs locaux, et ne sont jamais envoyées sur le réseau – éliminant ainsi les secrets partagés – les identifiants des utilisateurs sont sécurisés, même si les fournisseurs de services sont piratés, ce qui empêche les violations de données à grande échelle ».

Et puis cela permettra une « nouvelle expérience utilisateur »…

Vous serez surtout totalement fiché et bio-maîtrisé dans tous les sens et vous allez, nous allons tous découvrir à quel point il est nécessaire et indispensable de préserver les espèces et le cash comme outil de liberté.

Épargnez-nous les stupides « quand on a rien à cacher on a rien à craindre », cela ne fonctionne plus vraiment.

Officiellement personne n’aura accès à vos « données » qui seront « bien gardées ». Bon en cas de problème, on pourra évidemment retrouver votre empreinte digitale, vocale ou faciale, sur simple « réquisition » du parquet, de la police, de la gendarmerie, de la justice, du préfet, de votre maire, et un jour… de l’huissier ou de votre voisin. C’est sans limite. Il y a déjà les contes des milles et une nuits, mais aussi celui nettement plus véridique des 1000 et une failles de sécurité, sans oublier toutes les portes dérobées sympathiquement intégrées par au choix et rayez la mention inutile:

La Chine (Huawei qui en plus espionne…)

Les Américains (toujours gentils).

Les Russes (systématiquement méchants)

Les terroristes.

Les Iraniens (quand on aura besoin de les bombarder pour récupérer leur pétrole).

La Corée du Nord (axe du mal)

etc, etc…

Ces systèmes sont en réalité d’une immense fragilité liée à une immense complexité, et ne fera qu’aggraver certains types de délinquance, puisqu’il « suffira » de prendre en otage votre gosse, éventuellement votre femme (si vous n’aviez pas l’intention de divorcer cela fonctionne) pour vous faire mettre la tête dans l’écran, ou le doigt sur le détecteur et vider votre compte en banque avec une authentification aussi forte que la force des trois molosses qui vous tiennent en joue.

Personnellement, je n’ai pas l’intention de me faire couper un doigt pour un achat sur Amazon…

Bienvenue en l’an 2019.

Bienvenue dans vos prisons numériques où vous serez totalement dépendant du système.

Puis, ensuite viendra le système de contrôle social à la chinoise.

Pour votre « sécurité », vous n’aurez plus aucune liberté, mais c’est bien évidemment pour votre bien.

Je ne résiste pas à l’envie de vous citer la Bible. L’Apocalypse pour être plus précis.

« Par ses manœuvres, tous, petits et grands, riches ou pauvres, libres et esclaves, se feront marquer sur la main droite ou sur le front, et nul ne pourra rien acheter ni vendre s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom ».

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


A découvrir

Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.