La fin de la taxe d'habitation pour tous confirmée par Macron

Lors d’une rencontre citoyenne organisée dans la Drôme, Emmanuel Macron a confirmé l’extension de: la suppression de la taxe d’habitation pour tous les contribuables et, ce, en trois ans.

La suppression de la taxe d'habitation pour tous confirmée

Le grand débat national a donc déjà été le théâtre d'une grande annonce du Président ou plutôt d'une confirmation au sujet de la taxe d'habitation  : « Plus personne ne la paiera. On la supprime en trois bouts », a ainsi affirmé Emmanuel Macron présent, dans la soirée du jeudi 24 janvier, lors d'un débat citoyen organisé à Bourg-de-Péage (Drôme). Il a donc enfin clarifié les projets de l’exécutif au sujet de sa suppression totale.

En effet pour rappel, plusieurs élus de la majorité se sont succédé pour annoncer chacun leur tour les avancées ou projets du gouvernement à ce sujet. Le dimanche 6 janvier, Bruno Le Maire révélait son intention au Grand Rendez-vous Europe1/CNews/Les Echos. Puis, lundi 7 janvier, il était suivi par Benjamin Griveaux sur France Inter : « La promesse de campagne de la supprimer pour 80% des Français (...) est mise en place » et se pose maintenant « la question des 20 derniers pour cent ». 

La CSG pourrait en partie être reversée à des départements et communes

Cette fois, les choses sont claires : la suppression de la taxe d'habitation se fera donc bien en trois étapes, comme prévu, avec une baisse d'un tiers à chaque fois. La première étape est intervenue en 2018. Pour garantir la constitutionnalité de la réforme, le gouvernement avait annoncé en novembre 2017 que les 20% des ménages les plus aisés y auraient droit, eux aussi, à la fin du quinquennat

Au final, Emmanuel Macron a donc mis fin aux rumeurs et autres polémiques, jeudi 24 janvier 2019. Selon lui la taxe d’habitation est un « impôt assez injuste socialement. » Et d'ajouter qu'il considère cette taxe comme « très inégale selon les territoires ». Il a même illustré son propos : « Dans les très grandes villes, où il y a de la ressource, on a pu la baisser. Dans les communes moyennes où il y a plus de charges, on a du la laisser ».

Le chef de l'Etat a ensuite expliqué qu'afin de financer une suppression non partielle de la taxe d’habitation, il fallait « baisser les dépenses ». Il a tout de même nuancé en évoquant la CSG, qui pourrait en partie être reversée aux départements et aux communes qui ont la charge de certains services sociaux.


A découvrir