Des investisseurs prêts à perdre de l'argent pour en prêter à la Finlande

9,2 %
Malgré une croissance nulle et 9,2% de chômage la Finlande a émis la
première dette à taux négatif de la zone euro.

On montre souvent les pays nordiques comme des exemples mais parfois on oublie la réalité : c'est le cas avec la Finlande qui est malgré tout en crise. Le taux de chômage y est à un niveau record, proche de celui de la France, et le pays doit trouver des solutions pour se relancer. Mais en Finlande la confiance règne. Et les investisseurs sont prêts à prendre tous les risques.

Finlande : 9,2% de chômage, croissance en berne mais...

Des pays scandinaves, la Finlande est celui qui se porte le plus mal. Les données économiques du pays sont en effet proche de celles des pays dits "en crise" que ce soit la France ou les pays du sud de l'Europe comme l'Espagne et la très médiatisée Grèce.

Niveau chômage, les Finlandais ne s'en sortent que légèrement mieux que les Français avec un taux de 9,2% de sans emploi en décembre 2014. Le taux le plus élevé depuis près de 12 ans selon le gouvernement. Certes, c'est mieux que les 11,5% de chômage moyen enregistré en zone euro mais tout de même...

Niveau croissance, la Finlande n'est pas non plus à envier : en 2014 le PIB ne devrait pas croître après avoir commencé une année en récession (-0,2% en janvier 2014, -0,3% en juillet...) Et la crise du pétrole ne risque pas d'aider.

Pourtant, il y a quelque chose, en Finlande, que tous les pays d'Europe pourraient envier : la confiance.

Emprunts à taux négatifs en Finlande, une première en zone euro

Ce mercredi 4 février 2015 la Finlande a surpris tous les marchés en émettant le premier emprunt à taux négatif de la zone euro. Très exactement un emprunt de 1 milliard d'euros (pas une somme astronomique pour un Etat) sur cinq ans au taux de -0,017%.

En quoi est-ce étonnant ? Pour la raison suivante : un emprunt à taux négatif signifie, pour les emprunteurs, qu'ils perdent tout simplement de l'argent. Au bout des cinq ans de la durée de ce prêt la Finlande n'aura pas remboursé "1 milliard d'euros + les intérêts" mais bien "1 milliard d'euros – les intérêts". Soit 17 millions d'euros de moins que les investisseurs auront donc tout simplement perdu. Une autre manière de le dire est que les investisseurs ont fait un cadeau de 17 millions d'euros à la Finlande ; essayez de négocier les mêmes conditions lors de votre prochain prêt immobilier pour voir.

C'est une preuve totale de confiance dans le pays que de lui prêter de l'argent à perte, surtout sur le marché des obligations d'Etat (naturellement le fait que la note de la Finlande soit encore AA+ y est pour beaucoup). En comparaison, la France emprunte actuellement à un taux historiquement bas sur 10 ans... mais les intérêts restent tout de même légèrement au-dessus de 0,5%.


A découvrir