[BESTOF] Le FMI veut mettre la main sur votre épargne

30 %
Selon certaines rumeurs, le FMI pourrait taxer 30 % de tous les
comptes en banque, dès 8 000 euros d'épargne.

Initialement paru le 21/07/15

Les économistes du fond monétaire international vivent ils dans le monde réel ?  Déjà en avril 2010, le FMI proposait de régler la crise budgétaire grecque par des hausses massives d’impôt, alors même que l’économie était écrasée sous le poids de la pression fiscale existante.  

Rien d’étonnant, cela dit, venant d’économistes dont le statut de fonctionnaires internationaux les autorise à être eux-mêmes totalement exemptés d’impôt.

Rappelons que si les Grecs font tout pour échapper à l’impôt, ce n’est pas par manque d’esprit patriotique, mais parce que le système fiscal Grec est particulièrement oppressif. La vraie solution aurait donc au contraire été des réductions d’impôt massives pour remettre sur pied l’économie.

Il s’agit d’une solution gagnant-gagnant, puisqu’elle permet d’augmenter l’assiette de l’impôt (reprise de la croissance et diminution des revenus non déclarés),  de réduire mécaniquement les dépenses sociales (baisse du chômage et de la pauvreté) et d’enclencher une baisse du ratio d’endettement par rapport au PIB.

Comme presque toujours en Europe, le choix exactement inverse a été fait. Les plans successifs d’augmentation des taxes ont fait basculer la Grèce dans une spirale récessive qui n’a fait qu’alourdir le poids des dépenses sociales et de la dette tout en encourageant encore d’avantage l’évasion fiscale.

Mais ce n’est rien à côté de ce que prépare le FMI en cas de résurgence de la crise des dettes souveraines. Au lieu de tirer les leçons de ses erreurs, le Fonds monétaire international propose à présent un plan encore plus destructeur et souhaite s’attaquer directement à votre patrimoine par la mise en place d’une taxe sur tous les comptes d’épargne et d’assurance vie afin d’alléger la dette des états. Une autre solution envisagée par le FMI est d’obliger les fonds  d’assurance vie et de pension à acheter de la dette publique à des taux inférieurs au marché.

Si vous pensez que cela ne vous concerne pas et que seuls les riches seront touchés, sachez que selon certaines rumeurs un plan serait à l’étude en Grèce pour prélever 30 % sur tous les comptes dès 8000 euros.  Lorsqu’un État absorbe 50 % de la richesse nationale, tout le monde doit être visé. L’étatisme est vendu sous couvert de lutte contre les inégalités (ce que les étatistes de gauches appellent lutte des classes entre riche et pauvre) mais il aboutit toujours à une lutte entre le gouvernement et le peuple. Les grandes fortunes et les entrepreneurs savent déplacer leurs capitaux et fuir à l’étranger, contrairement à la classe moyenne et aux plus défavorisés.

Comme le notent nos collègues du Temps, le problème de l’endettement public est loin d’être limité à la Grèce et une nouvelle crise des dettes souveraines est imminente. Dans la plus grande discrétion, les élites préparent la mise en place de la société sans cash pour vous faire payer l’adition, et aucun grand média n’en parle. Il est temps de réagir en signant notre pétition !

Pour plus d’analyses de ce genre et de conseils pour votre argent, c’est ici et c’est gratuit


A découvrir

Sébastien Maurice

Sébastien Maurice est étudiant en Finance à l’IAE de Lyon3 et travail en tant que rédacteur pour les Publications Agora.

Passionné depuis toujours par les marchés financiers, il s’intéresse particulièrement aux opportunités d’investissement offertes par les nouvelles technologies et les pays émergents.??Vous trouverez ses articles sur les sites La Quotidienne de la Croissance et Libre d’agir