Foot : Messi rejette les soupçons de blanchiment et parle de "bienfaisance"

Lionel Messi gagne 16 millions d'euros nets par an.

Il persiste, et il signe même. Lionel Messi a rejeté en bloc vendredi 20 décembre les soupçons de blanchiment qui entourent ses matches amicaux ("Messi et ses amis" ou "La bataille des étoiles"). Selon le joueur argentin tous ces manifestations étaient bien des matches "de bienfaisance à 100%". "Je déplore profondément ce qui se dit non seulement à mon propos mais aussi de personnes que j'aime, comme mon papa et des joueurs qui sont des amis. Ce que nous faisons dans ces matches, c'est de la bienfaisance à 100%", a déclaré la star argentine du FC Barcelone. "Je suis concentré sur ma rééducation et je ne pense à rien d'autre qu'à parvenir au plus haut niveau physique possible", a ajouté le capitaine de l'équipe nationale argentine.

Messi, le foot et... la DEA

Une enquête a en effet été ouverte en avril 2012 en Espagne, en collaboration avec les autorités colombiennes et l'Agence antidrogue américaine (DEA). Cette investigation vise un réseau qui blanchirait "de l'argent de la drogue dans l'organisation d'événements musicaux et sportifs en Espagne, en Amérique du Sud et aux Etats-Unis". Cette enquête vise essentiellement une entreprise colombienne qui organisait des matches de charité et autres événements. Mais elle ne se concentre pas spécialement sur Messi, ses proches ou les joueurs ayant participé aux rencontres, contrairement a ce qu'affirmait El Mundo qui avait avancé que le père du joueur du Barça était "au cœur de l'enquête". Affaire à suivre...


A découvrir

Tugdual de Dieuleveult

Journaliste pour RMC.fr, Tugdual de Dieuleveult a demarré sa carrière à la télévision en réalisant un documentaire pour Canal+/Lundi Investigation (Dieuleveult : enquête sur un mystère). Il s'investit dans l'ONG Solidarité Internationale et part au Darfour en 2008 pour la Journée Mondiale de l'Eau. En 2010, il rejoint l'équipage de La Boudeuse en Amazonie et participe à l'élaboration de deux documentaires diffusés sur France 5. Il se spécialise ensuite sur le web et collabore avec plusieurs rédactions dont Europe 1, Atlantico, Oh My Food et RMC depuis 2012. Il a intégré Economie Matin dès sa création.