Forte hausse des tarifs réglementés du gaz le 1er octobre

4,7 %
La hausse moyenne sera de 4,7% au 1er octobre.

Mauvaise nouvelle pour les consommateurs abonnés aux tarifs réglementés du gaz : leur facture va une fois de plus augmenter à partir du 1er octobre, après la précédente hausse, moins forte, du 1er septembre.

Le 1er septembre dernier, les tarifs réglementés du gaz avaient augmenté de 0,6%. Une hausse modeste qui n'a pas grand chose à voir avec celle qui sera imposée le 1er octobre : la Commission de régulation de l'énergie a en effet obtenu du gouvernement que ces tarifs subiront une augmentation de 4,7% en moyenne. Cette augmentation est de 1,2% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 2,6% pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 4,9% pour les foyers qui se chauffent au gaz, explique le régulateur. Un coup dur alors que les premiers froids de l'hiver ne vont pas tarder et qu'il va falloir penser au chauffage…

Des coûts en hausse

Le calcul des tarifs réglementés du gaz repose sur les variations du pétrole, ainsi que sur les coûts d'approvisionnement (58% des tarifs réglementés), les coûts du transport et de distribution (qui représentent 28% des tarifs). Les coûts de commercialisation pèsent pour 11% des tarifs du gaz, ceux de stockage 5%. Bien sûr, les consommateurs ayant souscrit à une offre de marché ne sont pas concernés par la hausse des tarifs réglementés, mais souvent les concurrents d'Engie s'alignent afin de rester compétitifs. 

Offres du marché

Il faut savoir que les tarifs réglementés du gaz vont bientôt disparaitre. Plusieurs clients ont d'ailleurs l'obligation de passer par les offres du marché : c'est le cas depuis le 31 décembre 2015 pour les sites dont la consommation est supérieure à 30.000 kWh par an. À partir du 1er décembre 2020, les clients non résidentiels, comme les associations, les professionnels et les copropriétés, devront souscrire à une offre concurrente. Enfin, les clients résidentiels ainsi que les copropriétés consommant moins de 150.000 kWh devront abandonner les tarifs réglementés à compter du 1er juillet 2023. Il reste donc encore un peu de temps pour s'intéresser aux différentes offres du marché, et pourquoi pas y souscrire avant la date limite.


A découvrir