Vacances à l'étranger : attention aux frais de carte bancaire

66 %
La carte bancaire est le moyen de paiement préféré de 66 % des
Français.

Avant de partir à l'étranger, il est important de vérifier les frais liés à la carte bancaire qui vous sont ponctionnés afin d’établir votre stratégie de paiement une fois sur place. En effet, hors Europe ceux-ci peuvent être élevés, selon une enquête du site Panorabanques.

Vérifier les frais liés à la carte bancaire pour éviter les surprises à l'étranger

L'été est presque là et les vacances aussi. Mais avant de faire ses bagages, il faut penser à sa carte bancaire. S'il est devenu le moyen de paiement préféré de 66 % des Français, ce service peut s’avérer source de frais très importants lorsque l'on quitte la France, selon une étude de Panorabanques. En effet, hors des 19 pays de la zone euro, retraits comme paiements sont facturés, parfois cher, voire très cher.

L'étude présente trois cas concrets pour illustrer ce constat. Voici deux exemples. Une famille de 4 personnes part aux États-Unis avec une carte bancaire haut de gamme (Visa Premier ou Gold MasterCard) et effectue 5 retraits pour un montant total de 1250 euros et fait aussi 10 paiements de 1250 euros. Elle se verra prélever 114,70 euros de frais, soit 4,6 % de l’ensemble de ses retraits et paiements. Un étudiant parti, lui, en République tchèque avec une carte classique et qui effectue 4 retraits pour 450 euros et 7 paiements de la même somme se verra prélever 43,50 euros, soit 5,4 % de l’ensemble de ses retraits et paiements.

Privilégier les paiements par carte aux retraits

En outre, il est conseillé de payer avec sa carte bancaire plutôt que de retirer de l'argent. En effet, en moyenne, un retrait dans un distributeur hors zone euro avec une carte internationale classique est facturé 2,5% du montant, plus 3,1 euros de frais fixe, dans une banque traditionnelle. Quant à un paiement, il coûte en moyenne 2,6% plus 0,4 euro de frais fixes. Au final, l’addition peut donc dépasser 5% du montant total des retraits et paiements sur l’ensemble du voyage, selon Panorabanques.

Pourquoi alors ne pas opter pour une néo-banque ? Ces dernières sont plus compétitives dans ce domaine. Ainsi, la banque allemande N26 propose des paiements gratuits et prélève une commission limitée à 1,7% sur les retraits. Chez l’établissement britannique Revolut, les paiements sont là encore exonérés de frais, dans la limite de 6.000 euros par mois (0,5% au-delà). Même gratuité pour les paiements, dans la limite de 200 euros par mois (2% au-delà).


A découvrir