Les Français(e)s sont devenu(e)s de plus en plus des assisté(e)s

760 MILLIARDS €
Les aides sociales coûtent 760 milliards d'euros par an à la France.

Les prix à la pompe qui augmentent et c’est aussitôt une grogne qui s’exprime, répercutée immédiatement par les médias et les réseaux sociaux qui enfoncent le clou pour faire du buzz. Cette augmentation alliée à la hausse plus générale due à la rareté de certains produits ont fait réapparaître les gilets jaunes aux ronds points.

Le pétrole a toujours eu des baisses :

22,8 dollars le Brent en mars 2020 et la même année en mai, le baril de référence West Texas Intermediate (WTI) a plongé à 10 dollars, son plus bas niveau depuis 1986.

et des hausses parfois très importantes :

132 dollars en juillet 2008 le baril pour le Brent et même 145 pour le WTI.

Un prix très élevés sans qu’il n’y ait eu de manifestation (Cours actuel à 86 dollars).

Il n’a été demandé aucune compensation par les utilisateurs alors que les produits étaient au plus bas et que les rentrées de l’état étaient en fortes baisses ! Je vais me faire incendier !!! Toute l’économie en a bénéficié, tous les utilisateurs, employeurs aussi, en améliorant leur pouvoir d’achat et en arrondissant leur marge !

Mais les temps ont changé, les manifestations sont devenues courantes pour tout, y compris pour demander des aides en tout genre. L’état doit répondre à tout !

Plus il existe d’aides, plus nos concitoyens en redemande. Et lorsqu’elles arrivent, beaucoup de personnes ne sont pas satisfaites puisqu’elles ne touchent pas toutes couches de la population. Même les montants décidés, sont loin de satisfaire tout le monde.

Pour éclairer le consommateur sur les taxes des produits énergétiques, dont les carburants, il est nécessaire d’en connaître l’historique :

En 2001, Lionel Jospin alors 1er Ministre a créé la TIPP (Taxe sur les Produits Pétroliers) flottante qui s’adaptait au prix du pétrole. Puis en 2007, cette taxe a changé de nom pour devenir TICPE (Taxe Intérieure de Consommation sur les Produits Pétroliers (Qui comprend depuis 2014 une taxe écologique carbone). Cette taxe devenue fixe est révisée annuellement et payée en fonction du volume vendu. Par contre la TVA à 19,9% augmente proportionnellement suivant le prix des produits.

Le gain de plus de 25 milliards par an est réparti en trois : 54,8% pour l’état, 25,9% pour les départements et 19,5%pour les Régions.

NOTA : Le taux de TICPE n’est pas uniforme dans toutes la France (3 taux différents).

Le remède serait de trouver un consensus international pour museler les hausses et baisses et obtenir un prix moyen peu fluctuant. Ce serait avantageux pour tous, y compris pour les producteurs. Lorsque le prix est très bas des entreprises ferment avec son lot de licenciés. Vu les divergences des pays producteurs, cela est peu probable. Qui pourrait-être la puissance qui pourrait avoir un certain poids et dotée d’arguments attrayants pour obtenir un tel consensus ?

L’arrivée du tout électrique pourrait dans les années à venir, servir de tremplin pour régulariser les prix et même les faire baisser, sans les « écraser »

Alors pourquoi ce ressenti « d’étranglement » par les automobilistes, alors que les prix ont déjà été plus hauts. (Ajustés en fonction des années)

Que ce passe t-il dans notre pays pour qu’un tel sentiment de mal être s’accentue, se propage et devienne souvent de plus en plus violent en paroles et même en actes, alors que les aides en tout genre n’ont jamais été si importantes ?

Reparlons des aides par année :

Total des aides sociales, gestion comprise : 760 milliards

Aides pour les entreprises : environs : 100 milliards

La France représente 1% de la population mondiale et 10% des aides sociales. Soit 10 fois plus que la moyenne internationale !!!

Le budget total de la nation étant de 1440 milliards, les deux aides ci-dessus représentent 60% de ce budget. Les 580 milliards restant sont très loin d’être suffisants pour gérer correctement notre pays et répondre à tous les besoins des administrés. D’où l’origine de cette grogne latente qui s’exprime par diverses revendications, manifestations et un pessimisme bien plus important que la moyenne internationale. Existe-t-il un avenir à la France et à nous-mêmes ? Sans changement important, nous allons connaître des décennies à venir très très difficiles….

www.danielmoinier.com


A découvrir

Daniel Moinier

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.