22 millions de Français se sont sentis pauvres en 2017

33 %
33% des Français ont du mal à payer leur logement.

Ce n’est pas une situation de pauvreté à proprement parler, l’Insee établit le seuil de pauvreté à 1 015 euros par mois, mais une sensation de pauvreté que plus d’un tiers des Français a ressentie en 2017. C’est ce que nous apprend le dernier sondage du Secours Populaire, réalisé par Ipsos, publié le 14 septembre 2017. Un tiers des Français s’est donc senti pauvre au moins une fois dans le courant de l’année passée.

Des difficultés à payer le loyer ou les soins

Il y a, en France, 8,9 millions de Français qui vivent sous le seuil de pauvreté selon la dernière étude Insee. Mais ils sont bien plus nombreux à dire qu’ils se sont sentis pauvres dans le courant de l’année 2017 selon le baromètre Ipsos-SFP (Secours Populaire). 37 % des interrogés ont en effet déclaré avoir connu « une situation de pauvreté » ; sur 66 millions d’habitants en France, voilà qui fait quelque 22 millions de personnes.

La « situation de pauvreté » est ressentie lorsqu’une personne ne peut pas se permettre de se payer certaines prestations. Les vacances et les loisirs, par exemple : près de 50 % des Français n’arrive pas à partir en vacances une fois par an, près de 2 sur 5 (43%) a dû renoncer à des loisirs faute d’argent.

Mais le plus inquiétant ce sont les 2 Français sur 5 (39%) qui ont eu du mal à payer des soins, surtout s’ils sont peu remboursés par la Sécurité Sociale, et le tiers de Français qui a dû mal à payer son logement (loyer, crédit, frais…)

4 seniors sur 10 ne peuvent pas manger sain 3 fois par jour

« Pour votre santé, ne mangez pas trop gras, trop salé, trop sucré » martèle le ministère de la Santé à la télévision. Mais pour ce faire il faut de l’argent et les seniors n’en ont pas : 40 % des interrogés ayant des revenus inférieurs à 1 200 euros par mois estime ne pas pouvoir avoir une alimentation saine lors de l’ensemble des trois repas quotidiens.

Pour le futur, les Français ne voient pas d’amélioration : 84 % des interrogés par le baromètre Ipsos-SFP craignent que leurs enfants ont plus de risque d’être pauvres.


A découvrir


Paolo Garoscio

Après son Master de Philosophie, Paolo Garoscio s'est tourné vers la communication et le journalisme. Il rejoint l'équipe d'EconomieMatin en 2013.

 

Suivez-le sur Twitter : @PaoloGaroscio