Nos impôts ne financent pas que des écoles et des hôpitaux

1,5 million ?
Le voyage de la délégation française des JO à Lima aurait coûté 1,5
million d'euros au contribuable.

Les Paradise papers ont été l’occasion de conspuer une fois de plus la pratique de l’optimisation fiscale. Ce n’est pourtant qu’un réflexe anti-gaspillage.

Outre le fait que l’action étatique est intrinsèquement sous-optimale (« Loi de Parkinson » ou « Loi de futilité de Parkinson »…), pléthore d’exemples attestent que les impôts sont bien loin de ne servir qu’à financer « des écoles et des hôpitaux » comme on l’aimerait.

La gabegie des frais de déplacements

Dans un article du 10 août, Courrier International relayait des informations mises en avant par la presse britannique anti-construction européenne. On y apprend que, grâce aux pressions exercées depuis 2014 par l’ONG espagnole Access Info Europe, la Commission européenne s’est finalement pliée à rendre publiques une partie des notes de frais pour déplacement de ses effectifs.

Les sommes en jeu sont astronomiques. Il s’agit d’environ 500 000 € rien que pour janvier et février 2016. On ignore cependant les chiffres sur l’ensemble de l’année, la Commission refusant de les publier au motif que cela entraînerait « une charge administrative disproportionnée ». Sont particulièrement pointés du doigt le président de la Commission Jean-Claude Juncker, qui a brûlé 26 000 € d’argent public dans le cadre d’un déplacement à Rome, ainsi que sa vice-présidente Federica Mogherini, qui a dépensé pas loin de 75 000 € lors d’une visite en Azerbaïdjan.

Voilà ce qui arrive lorsqu’on n’est pas soumis à la pression démocratique, commente The Daily Telegraph. Si seulement cela suffisait, a-t-on envie de répondre ! Nous avons vu en France lors des débats au sujet de la suppression de la réserve parlementaire que nombre de députés rechignaient à se plier aux mêmes contraintes administratives que celles qu’ils imposent à la population. Tant que ne seront pas imposées une transparence totale des dépenses d’argent public et des sanctions exemplaires en cas d’abus, on n’a pas fini d’entendre parler de « phobie administrative » et les hauts responsables politiques ne sont pas près d’abandonner les jets privés au profit des vols commerciaux.

Cette propension aux dépenses somptuaires n’est pas l’apanage du personnel politique. C’est également une caractéristique des dirigeants des grandes entreprises publiques. En septembre 2015, la Cour des comptes reprochait à France Télévisions d’avoir permis à ses dirigeants de dépenser plus de 2 M€ en trois ans en frais de taxi. Cet épisode suivait de quelques mois l’affaire Agnès Saal, épinglée pour avoir empilé pour 40 000 € de frais de taxi en 10 mois (dont 6 700 € pour son fils) alors qu’elle était l’ancienne présidente de l’Institut national de l’audiovisuel (INA). Condamnée pour détournement de fonds publics, après six mois de mise à pied, elle a retrouvé un poste au ministère de la Culture.

L’appel des voyages de luxe

L’une des plus mauvaises nouvelles de l’année pour les Parisiens et pour les Français en général est que la capitale a décroché l’organisation des Jeux olympiques de 2024. Cela ne s’est pas fait tout seul : il a fallu promettre de dépenser des millions (nous y reviendrons) et défendre le dossier lors du grand oral de Lima le 13 septembre. Selon-vous, il a fallu envoyer une délégation de combien de personnes, en sachant que huit Français ont pris la parole ?

20 ? 30 ? Non, c’est autour de… 300 membres de la délégation française qui se sont rendus sur place ! Il est vrai que lorsqu’on se voit proposer un hôtel cinq étoiles, de grands restaurants, il est difficile de résister. Montant de la facture : 1,5 million € selon Médiapart. Il est à noter que le goût du faste des dirigeants français a fait des victimes collatérales. Les populations de nos anciennes colonies ne sont pas épargnées de ce travers.

Mais les voyages, c’est du one-shot. Le top, c’est quand même de se voter des petits plaisirs qui durent !

Des primes pour ne pas se déplacer

Comment inventer discrètement une nouvelle prime pour ses salariés ? C’est la question à laquelle répond Eric Verhaeghe sur Décider & Entreprendre*. Il suffit de s’appeler Régime social des indépendants (RSI), de détourner le principe du télétravail en passant par un accord afin de contourner le Code du travail. Ainsi, depuis le 2 mai, les salariés du RSI qui optent pour le télétravail peuvent voir leur salaire mensuel augmenter de 100 €, alors que le principe de base du télétravail est de permettre à l’employeur de réduire ses coûts…

Rassurez-vous, les dirigeants de cet organisme chéri des entrepreneurs ne sont pas en reste. Eric Verhaeghe précise que ces derniers devraient percevoir « jusqu’à 10 000 € de primes pour services rendus […] à l’occasion de l’adossement de leur caisse au régime général de la Sécurité sociale ». Le para-public, royaume des primes à la nullité… Revenons à nos députés. Vous connaissez peut-être Florence Portelli, porte-parole de François Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017 et candidate à la présidence des Républicains. Pour cette élue, il est tout à fait légitime pour un homme d’employer sa femme en tant qu’assistante parlementaire, dans la mesure où elle sait faire des moufles.

Mais je suis mauvaise langue : nos politiques ont parfois le coeur sur la main et font aussi des cadeaux. Enfin surtout avec les sous de leur réserve parlementaire. C’est ce que nous verrons prochainement.

* http://www.entreprise.news/rsi-invente-discretement-nouvelle-prime-salaries/

Pour plus d’informations et de conseils, c’est ici


A découvrir


Nicolas Perrin

Nicolas Perrin est conseiller en gestion de patrimoine indépendant. Diplômé de l'IEP de Strasbourg, du Collège d'Europe et de l'Université d'Aix-Marseille, il intervient pour les publications Agora en tant qu'éditorialiste. Il est notamment l'auteur de "Investir sur le marché de l'Or - Comprendre pour agir", paru aux éditions SEFI Arnaud Franel.