Oui Monsieur Le Président, une seule loi peut créer rapidement beaucoup d'emplois

34 600 euros
Le salaire annuel moyen en France est de 34 600 euros.

Tout dernièrement, François Hollande invité sur Europe1 a affirmé qu’il ne peut y avoir aucune loi qui prédise qu’il y aura augmentation des embauches et réduira le chômage.

Non Monsieur le Président, vous n’avez pas tout fait ! Et même le principal ! A votre arrivée, le 15 mai 2012 à la tête de l’état en tant que 24ème Président de la République, pensant que la France 5ème puissance mondiale et les français étaient encore très riches, vous les avez rapidement ponctionnés de plus de 30 milliards d’euros. Il y a eu au total, si l’on prend l’ensemble des différentes mesures, 55 hausses décidées en trente trois mois. Les français sont devenus ainsi les deuxièmes plus imposés d’Europe avec des prélèvements représentant 45,2% du PIB, derrière le Danemark 48,6% et devant la Belgique 44,6% que nous dépassons maintenant.

En 2013, constatant que la crise était encore présente, (Vous l’aviez complètement mésestimée), mais accentuée en ayant fait l’inverse de ce qu’il fallait faire, vous avez commencé à changer de cap. Pour mettre en œuvre cette nouvelle politique, vous avez nommé un nouveau Premier Ministre : Manuel Valls qui a continué le nouveau programme démarré par son prédécesseur, Jean-Marc Ayrault.

C’est l’arrivée des différents Pactes : Le premier, en Novembre 2012 :
Le Pacte National pour la Croissance, la Compétitivité et l’emploi dit Pacte de Compétitivité comprenant le CICE (Crédit Impôt, Compétitivité Emploi)
Le deuxième, le 14 janvier 2014 : Le Pacte de Responsabilité et de Solidarité
Le troisième, le 29 avril 2014 : Le Pacte de Stabilité
Le 17 Janvier 2015, il y en a eu même un quatrième moins économique, suite aux attentats : Le Pacte de Sécurité

Tous ces pactes ont eu certes, quelques effets positifs, mais ils ont tous été mis en place avec une forte augmentation de la dette à terme. Les emprunts successifs répartis sur 10 ans, 20 ans, 50 ans et même depuis peu possible sur 100 années, vont nous entraîner vers une position aussi intenable que celle de la Grèce. Ce sont nos enfants, petits enfants et plus, qui vont devoir solutionner et régler cet énorme poids financier ! Le total des prélèvements atteint un triste record, puisqu’à partir du 29 juillet, « journée de libération fiscale », les français ne travaillent plus pour régler leurs impôts et charges, mais simplement pour eux-mêmes. Ils ont donc travaillé près de 208 jours pour la sphère publique, selon Ernest & Young et l’institut Molinari.

Au niveau salaire moyen, nous avons aussi régressé puisque nous sommes à 34.600€, alors que le Royaume-Unis est à 38.200€, l’Allemagne à 42.400e et le Danemark à 56.500€. Quant aux cotisations sociales, nous sommes à 37% de prélèvements obligatoires, contre 26,1% en moyenne dans les autres pays de l’OCDE. Et leur part dans le PIB (Produit intérieur brut) s’élève 16,7%, dont 11,3% pour celle payée par les employeurs et cela malgré le CICE qui a pourtant réduit quelque peu leur niveau. Ce qui place le français avec 28.583€ de charges, impôts sur le revenu et TVA, (il ne lui reste effectivement que 22.001€) au 10è rang de pouvoir d’achat réel de l’UE, derrière le Royaume-Uni 5è et l’Allemagne 8è.

On constate, d’autre part, depuis quatre années, qu’avec une croissance molle le déficit ne se réduit que très lentement et beaucoup moins vite que prévu. C’est comme l’annonce constante depuis ces même quatre années de la baisse du chômage, qui aurait dû survenir simplement avec tous les ingrédients extérieurs très favorables. Les hausses de prélèvements du début de mandat sont encore difficiles à « digérer » malgré tous ces pactes mis en place. Mais dans une année tout peut survenir, la dernière baisse du chômage, la légère croissance du PIB sont peut-être les premiers prémices d’une reprise de croissance tant attendue.

Alors, oui Monsieur le Président, il existe une loi qui peut booster l’économie sous trois mois. La seule que votre premier ministre avait envisagé lors des primaires de la gauche, que Emmanuel Macron a aussi annoncé il y a peu, c’est l’augmentation du temps de travail. Il est vrai que la « mère » des 35 heures serait certainement difficile à convaincre ainsi que d’autres de votre parti ou orientation qui prônent les 32 heures !!! Vous êtes social-démocrate, tenace, suffisamment subtil ; comme votre objectif premier et de vouloir sauver la France et son peuple ; vous saurez bien les convaincre.

Il suffirait de mettre en place les 40 heures (et pas la flexibilité, sauf au-delà de cet horaire). Ce serait en plus, hors fonction publique et hors heures supplémentaires par année dans l’économie :
60 milliards de salaires
35 milliards de rentrées de charges
6 milliards d’impôts
10 milliards de TVA

Ce serait aussi une diminution du coût entreprise de 3 à 13% (sur investissement) Des heures supplémentaires en moins (Indemnité à négocier pour ceux qui en font) Ce serait 200 euros de plus par mois pour un salarié au Smic. Ce serait une diminution rapide du chômage, une remise à flot des régimes de Sécurité Sociale, des Caisses de retraite, d’Assedic, une relance de la croissance, des investissements… Et en plus, cela ne coûte pas un centime à l’état, pas d’emprunt, etc… Ce serait remonter le niveau de la France par le bas, n’est-ce pas un projet très social et socialiste ! Et retrouver ainsi un éclat international d’une France à nouveau respectée et même enviée dans le monde.

www.livre-daniel-moinier.com

Daniel Moinier

 

Daniel MOINIER a travaillé 11 années à Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS France, puis 22 ans comme chasseur de têtes, dont 16 années à son compte, au sein du Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de 5 ouvrages dont , "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat". Son 5ème livre est sorti chez Dédicaces, "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"".