France Stratégie manie la faucille et le marteau

57 %
En France, l'Etat contrôle 57 % de l'économie.

Le droit de propriété est ouvertement méprisé. L’intérêt général et l’utilité publique sont brandis comme prétextes mais la réalité sordide est le paiement des impôts.

France Stratégie a LA solution au problème de la dette française : nationaliser les terrains des propriétés privées. L’idée peut sembler grotesque, mais ce n’est pas pour cela qu’il faut l’écarter. Bien au contraire… Après tout, nous sommes le pays où s’est imposée l’idée selon laquelle si tout le monde travaille moins, le pays sera plus prospère. Nous sommes un pays où l’Etat contrôle 57% de l’économie mais où une majorité s’estime écrasée par un libéralisme sauvage et débridé.

Nous sommes le pays où une loi est récemment passée obligeant les annonceurs à indiquer si les photos commerciales qu’ils utilisaient étaient retouchées, ce qui montre l’estime du législateur dans le bon sens populaire. Donc nous sommes un pays où les idées les plus idiotes ont de l’avenir, surtout si elles luttent contre le libéralisme sauvage, débridé et inhumain qui nous opprime quotidiennement. Vous ne pouvez donc pas mépriser l’idée de France Stratégie.

Après moult baratin préliminaire pour chauffer le lecteur, la solution de France Stratégie figure en page 9, 1ère colonne :

« La soutenabilité d’une dette publique excessive pourrait être crédibilisée en rééquilibrant comptablement le bilan patrimonial de l’Etat, par la voie d’un transfert d’actifs depuis le bilan des agents économiques privés résidents, ce transfert étant assimilable à un impôt exceptionnel sur le capital. » 

Ce qui signifie : l’Etat va vous voler quelque chose pour faire croire à ses créanciers étrangers qu’il peut payer sa dette qui ne pose aucun problème.

« Concrètement, une façon de procéder consisterait en ce que l’Etat décrète qu’il devient copropriétaire de tous les terrains construits résidentiels, à hauteur d’une fraction fixée de leur valeur, et que ce nouveau droit de propriété est désormais incessible. En conséquence, l’Etat deviendrait créditeur d’une somme annuelle, correspondant à une part de la fraction de la rente immobilière associée à la copossession du terrain. » 

Ce qui veut dire : l’Etat va vous voler les terrains bâtis parce que comme ils sont bâtis, justement, il y a une rente qui y est attaché.

« Concrètement, cette rente immobilière elle-même équivaut à une partie du loyer qu’un propriétaire touche lorsqu’il loue son bien, celle qui relève de la rémunération du droit d’occupation du sol (actif non produit), l’autre partie correspondant au paiement par le locataire d’une consommation de service de logement, lié à l’occupation de la maison ou de l’appartement loué (actif produit). »

Enoncé plus rapidement : vous devenez locataire de l’Etat (qui ne nous veut que du bien et vous protège de l’ultra-néo-libéralisme sauvage et déchaîné qui vous opprime). Donc vous allez payer un loyer ou remonter une partie du loyer que vous touchez. Notez l’emploi répété de « concrètement » : ce n’est pas un machin fumeux mais pratique dont on vous parle. Voilà. Maintenant, vous demandez-vous peut-être songeur, qui est France Stratégie ? Un « laboratoire d’idées public », c’est-à-dire un fromage pour parasitocrates payés par vos impôts. En haut du site figure une petite Marianne bleu-blanc-rouge qui est la marque infaillible que c’est vous qui payez ces gens-là pour avoir leurs merveilleuses idées concrètes.

« Héritière du Commissariat au Plan fondé en 1946, créée par décret le 22 avril 2013, modifié par décret le 24 mars 2017, France Stratégie participe et témoigne des évolutions et transformations de la société française depuis plus de 70 ans. », nous indique aussi le site.

Ce fromage emploie 180 personnes et est doté d’un budget de l’ordre de 15 millions d'euros, peut-on lire dans un document d’évaluation. Et si on privatisait France Stratégie, histoire de commencer par la seule chose qui permettrait de réduire la dette publique : supprimer les dépenses stupides ? Mais, pensez-vous peut-être, cette spoliation pourrait être retoquée par la Cour européenne des droits de l’Homme.

Cette instance est au-dessus des droits nationaux et même du droit communautaire qui statue sur la conformité du droit à la « Convention européenne des droits de l’Homme ». Les petites étoiles jaunes en haut à gauche signifient que cet organisme aussi fonctionne avec vos impôts (et ceux des autres Européens). La lecture de l’article 1 du Protocole n°1 qui garantit le droit à la propriété en Europe est, hélas, décourageant, même si le début est prometteur :

« Toute personne physique ou morale a droit au respect de ses biens. Nul ne peut être privé de sa propriété que pour cause d’utilité publique et dans les conditions prévues par la loi et les principes généraux du droit international. Les dispositions précédentes ne portent pas atteinte au droit que possèdent les Etats de mettre en vigueur les lois qu’ils jugent nécessaires pour réglementer l’usage des biens conformément à l’intérêt général ou pour assurer le paiement des impôts ou d’autres contributions ou des amendes. » 

L’utilité publique, l’intérêt général, le paiement des impôts… Votre droit de propriété commence là ou s’arrêtent les besoins de l’Etat. Pas de chance, ses besoins sont immenses !

Pour plus d’informations et de conseils, c’est ici et c’est gratuit


A découvrir

Simone Wapler

Simone Wapler est directrice éditoriale des publications Agora, spécialisées dans les analyses et conseils financiers. Ingénieur de formation, elle a quitté les laboratoires pour les marchés financiers et vécu l'éclatement de la bulle internet. Grâce à son expertise, elle sert aujourd'hui, non pas la cause des multinationales ou des banquiers, mais celle des particuliers.

Elle a publié "Pourquoi la France va faire faillite" (2012), "Comment l'État va faire main basse sur votre argent" (2013), "Pouvez-vous faire confiance à votre banque ?" (2014) et “La fabrique de pauvres” (2015) aux Éditions Ixelles.