Et si la France revenait aux 40 heures ?

1539,42 EUROS
Le SMIC 2020 est de 1.539,42 euros par mois.

Depuis le 16 janvier 1982, les 39 heures hebdomadaires ont été instituées par ordonnance en même temps que la cinquième semaine de congés. Puis les 35 heures sont instaurées en deux fois, le 1er janvier 2000 pour les entreprises de plus de 20 salariés et le 1er janvier 2002 pour les autres.

C’est donc cinq heures de moins de travail pour le même salaire. Comment les entreprises ont-elles pu résister à un coût financier supplémentaire direct de plus de 14% sur la partie salaire et jusqu’à 14% sur la partie investissements, surtout celles ayant de lourdes immobilisations ?

Les entreprises ont dû se remettre en question, gérer d’une façon drastique tous les coûts, y compris salariés. En diminuant les temps d’exécution cela a généré plus de pression sur le personnel, du stress et aussi beaucoup moins de hausses de salaires et d’embauches. Cette période a duré près de cinq années pendant laquelle la France a fait du « sur place ».

Et si la France revenait aux 40 heures que se passerait-il ?

Ce serait un horaire idéal pour que la France redevienne très rapidement très performante pouvant répondre à presque tous les problèmes sociaux et financiers apparus depuis 1982.

Ce serait en plus par année (hors fonctionnaires) :

60 Mds de salaires

30 Mds de charges

6 Mds d’impôts

10 Mds de TVA

Ce serait un état français au minimum en équilibre financier

Ce serait un PIB supérieur de près de 14%

Ce serait des dépenses d’état passant de 56% à 49%

Ce serait le sauvetage des caisses de retraites

Ce serait la caisse de Sécurité Sociale en équilibre avec des possibilités d’augmenter ses prestations

Ce serait la Caisse d’Assedic remise à flot

Ce serait 14% de pouvoir d’achat en plus pour les salariés (base 35 heures)

Ce serait 210€ de plus par mois pour un salarié au Smic

Ce serait un horaire hebdomadaire plus simple 5 X 8 = 40 h

Ce serait une organisation plus simple des entreprises fonctionnant en 3 X 8 et feux continus

Ce serait la suppression du 2 X 12 du week-end, coût très cher (travail continu) et non réglementaire

Ce serait jusqu’à 14% de baisse du coût des amortissements des entreprises

Ce serait la possibilité d’acheter mieux et moins low-cost = consommation choisie, plus écologique

Ce serait des revenus paysans supérieurs

Ce serait la possibilité plus facile d’accession à la propriété

Ce serait une diminution des logements sociaux

Ce serait une baisse des problèmes de banlieues

Ce serait plus de fonds propres pour les entreprises

Ce serait plus de possibilités d’investissements pour les entreprises

Ce serait de meilleures marges entreprises

Ce serait une baisse du taux de pauvreté

Ce serait une baisse des aides sociales

Ce serait plus de moyens pour les Hôpitaux

Ce serait plus d’investissements pour la police

Ce serait la possibilité de relever les salaires des fonctionnaires

Ce serait une consommation en hausse des fonctionnaires

Ce serait la possibilité de diminuer les prélèvements sur salaires, ce qui donnerait encore du pouvoir d’achat

Ce serait la possibilité pour l’état de lancer de véritables projets structurants sans avoir recours au déficit

Ce serait une hausse des exportations

Ce serait une baisse du déficit export

Ce serait enfin une France ayant les moyens de ses actions, plus performante sur le plan international, plus enviée et respectée.

www.danielmoinier.com


A découvrir

Daniel Moinier

Daniel Moinier a travaillé 11 années chez Pechiney International, 16 années en recrutement chez BIS en France et Belgique, puis 28 ans comme chasseur de têtes, dont 17 années à son compte, au sein de son Cabinet D.M.C.

Il est aussi l'auteur de six ouvrages, dont "En finir avec ce chômage", "La Crise, une Chance pour la Croissance et le Pouvoir d'achat", "L'Europe et surtout la France, malades de leurs "Vieux"". Et le dernier “Pourquoi la France est en déficit depuis 1975, Analyse-Solutions” chez Edilivre.