La franchise : une forme d'entrepreneuriat créatrice d'emploi

35 %
35% des Français aimeraient lancer leur entreprise.

Le contexte que connaissent actuellement la France et une grande partie de l’Europe est très sévère pour l’emploi.

En France en particulier, quelle que soit la tranche d’âge, les perspectives sont aujourd’hui compliquées : jeunes diplômés en attente d’une première expérience professionnelle, les « quinqua » devenus séniors trop tôt et une population entre ces deux « bornes » qui redoute de quitter son entreprise, alors qu’elle ne s’y sent pas forcément bien, parce qu’elle craint une longue période d’inactivité avant de retrouver un meilleur poste.

Parallèlement, le niveau de croissance économique, tel que nous le connaissons actuellement en France, ne permet pas de créer des emplois durables. Tout cela est bien connu et bien difficile sera la solution !

Par voie de conséquence, il se trouve que les français sont de plus en plus attirés par l’entrepreneuriat comme une solution alternative à leur avenir professionnel et comme une solution possible à la constitution d’une retraite et d’un patrimoine qu’ils n’entrevoient guère aisément aujourd’hui.

Parmi eux, un nombre croissant s’intéresse à la franchise. Ainsi, en 2014, 35% des français annonçaient vouloir entreprendre, et parmi eux, 41% désiraient le faire en franchise.

Un système qui résiste à la crise

Ce n'est pas un hasard si le modèle économique de la franchise attire de plus en plus de Français chaque année. La franchise a, en effet, le vent en poupe : en 10 ans, le nombre de réseaux de franchises a fortement augmenté (+ 98% entre 2004 et 2013), tout autant que le nombre de points de vente (+77%).

En outre, La crise en cours a été moins violente pour la franchise en général, les baisses de chiffre d'affaires (-7% en 2013) étant généralement compensées par des réactions structurées des réseaux. Les indépendants ont, quant à eux, eu beaucoup plus de difficultés à résister.

Aussi, même avec des résultats en légère baisse, les réseaux de franchise restent confiants et continuent à se développer.

Un système d'entrepreneuriat sécurisant

Pour quelqu'un qui souhaite entreprendre, sans pour autant avoir ni la volonté ni la possibilité technique ou financière de créer sa propre marque et son propre concept, la franchise présente de nombreux avantages : un cadre rassurant et économiquement éprouvé, une notoriété importante, une formation initiale délivrée par le franchiseur et une assistance permanente.

Les risques sont donc évidemment bien moins élevés qu'en se lançant seul comme indépendant, le nouveau franchisé jouissant d'un avantage concurrentiel immédiat, dès son arrivée sur son marché.

Un système créateur d'emploi

La franchise représente également aujourd’hui une opportunité de reconversion privilégiée pour des salariés sans emploi (8% des franchisés étaient sans emploi avant 2014) et pour ceux qui souhaitent devenir leur propre patron (70% des franchisés étaient des salariés en 2011).

La franchise présente un autre avantage majeur : la formation initiale du franchisé n’est pas rédhibitoire comme elle peut l’être dans le salariat parfois. La franchise recrute, en effet, sur des parcours scolaires extrêmement variés : CAP/BEP (18% des franchisés), Bac professionnels (8%), Bac généraux (15%), Bac+2/3 (38%) et jusqu'à Bac+5 et plus (13%).

Enfin, en fonction des activités, les franchisés ont besoin de collaborateurs et créent mécaniquement des emplois dans leur entreprise. La franchise génère ainsi 25 000 embauches par an.

En plus de répondre aux aspirations de Français de plus en plus entrepreneurs dans l'âme, la franchise conserve aujourd’hui un avantage concurrentiel fort. Outil à multiples avantages, il permet à celui qui le désire de se créer sa propre employabilité, de se lancer dans une aventure entrepreneuriale riche d’expériences et de créer de l’emploi à son niveau.

En ce domaine comme dans d’autres, la clé du succès réside dans la préparation minutieuse de son projet.


A découvrir

Jean-Luc Fumey

Possédant d’une double compétence RH et direction générale, Jean-Luc Fumey est aujourd’hui dirigeant du cabinet Avenir Franchise.

Ancien élève de Saint- Cyr, Jean-Luc Fumey a exercé une grande partie de sa carrière au sein du Ministère de la Défense (1985 – 2011). Il y a exercé des fonctions opérationnelles, des fonctions RH et des fonctions de direction.

Il a rejoint le secteur privé en septembre 2011. Il a exercé deux missions de transition (DRH puis Secrétaire général) puis a cofondé Avenir Franchise pour accompagner des porteurs de projet et des enseignes dans leurs problématiques respectives.