Fraude Fiscale : les Français veulent plus de sanctions

75 %
75 % des Français estiment que les sanctions contre la fraude fiscale
ne sont pas assez sévères.

Les sujets qui mettent tout le monde d’accord, surtout lorsqu’il s’agit de politique, sont rares en France comme ailleurs. La Fraude Fiscale semble toutefois en faire partie : les Français estiment, selon un sondage réalisé par Odoxa pour FranceInfo et publié le 11 novembre 2017, que les sanctions contre les fraudeurs ne sont pas assez importantes. De fait, les fraudeurs préfèrent risquer que se conformer à la loi.

Les Paradise Papers : dernier pavé dans la mare

La question de la fraude fiscale revient régulièrement sur le devant de la scène à cause, notamment, des inégalités de richesse et du fait que ce soient les milliardaires et les multinationales qui pratiquent fraude, évasion et optimisation fiscale. Selon les Nations Unies, l’optimisation et la fraude fiscale pourraient coûter 18 milliards d’euros par an à la France. Une somme conséquente : elle suffirait largement à couvrir le déficit de la sécurité sociale qui devrait être de 4,2 milliards d’euros en 2017.

Avec les révélations des Paradise Papers, forcément, cette critique des Français à l’égard de l’évasion fiscale a été exacerbée une nouvelle fois. 75 % des interrogés par Odoxa estiment que la fraude fiscale n’est pas assez sanctionnée

Tout le monde d’accord pour dire qu’il faudrait des sanctions plus sévères

Si le gouvernement n’arrive pas à mettre tout le monde d’accord, les fraudeurs y parviennent. Non seulement 3 Français sur 4 estiment qu’il faudrait les sanctionner plus lourdement mais, surtout, cette volonté est partagée quel que soit le bord politique.

Sans surprise, c’est à gauche qu’on critique le plus les fraudeurs : pour 82 % des sympathisants de gauche les sanctions devraient être durcies. Même à droite, tendance politique pourtant généralement favorable au monde des affaires, l’évasion fiscale est mal vue : 76 % des interrogés estiment qu’il faudrait plus de sanctions.

C’est chez le Front National que la critique est la moins dure : seulement 68 % des sympathisants du FN estiment nécessaire de renforcer les sanctions.


A découvrir