Les grandes lignes de la réforme de la fonction publique

5,4 MILLIONS
La France compte 5,4 millions de fonctionnaires.

Le gouvernement veut s'attaquer à une nouvelle citadelle : la fonction publique. Edouard Philippe et son ministre de l'Action et des comptes publics, Gérald Darmanin, ont dévoilé ce jeudi 1er février les grandes lignes d'une réforme qui s'annonce compliquée.

La mesure phare et inédite de l'exécutif pour respecter la promesse faite par Emmanuel Macron de supprimer 120 000 postes de fonctionnaires : un plan de départs volontaires. Un dispositif que l'on voit surtout dans le privé. « Il ne s’agit pas de faire un plan de départs volontaires pour tout le monde, bien évidemment », a rassuré Gérald Darmanin, qui a ajouté : « Il s'agit d'imaginer avec les agents publics un plan de départs volontaires pour ceux qui souhaiteraient partir ». Le gouvernement entend réformer les fonctions publiques d'État, hospitalière et territoriales selon les besoins.

Plan de départs volontaires

Les agents auront la possibilité de rester dans la fonction publique, mais ils devront accepter une mutation le cas échéant. Ou partir dans le privé… « Il faut de la souplesse », a expliqué le chef de l'État en visite en Tunisie. « ce n’est pas la fin de la fonction publique », a-t-il aussi indiqué, « bien sûr, nous garderons le statut ». Autre mesure qui sera mise en place : la rémunération des agents au mérite. Les syndicats craignent que certains types de tâches soient plus avantageuses que d'autres. Gérald Darmanin souhaite aussi étendre le recours à des contractuels « pour les métiers ne relevant pas d’une spécificité propre au service public ». En 2015, on comptait 1 million de contractuels sur 5,4 millions de fonctionnaires.

Rémunération au mérite

Enfin, l'exécutif veut faire en sorte qu'il soit possible, dès la fin de l'année, d'évaluer les services publics accueillant du public : hôpitaux, Sécurité sociale, écoles… Des baromètres de résultats seraient consultables dès la fin 2018. La concertation va désormais pouvoir s'engager sur la base de ces propositions. Certains syndicats sont déjà vent debout.


A découvrir