Grève à la SNCF, gilets jaunes : quel impact sur la croissance ?

0,2
Les deux principaux mouvements sociaux de l'an dernier ont coûté 0,2
point de croissance.

L’année 2018 a été marquée par deux mouvements sociaux de grande ampleur, la grève perlée à la SNCF au printemps et les « gilets jaunes ». L’Insee a tenté d’en évaluer les coûts pour l’économie française.

Le mouvement des « gilets jaunes » a-t-il été une « catastrophe » pour l’économie française ? C’est l’avis de Bruno Le Maire, mais dans les faits, les conséquences des manifestations sont plus nuancées, selon la note de conjoncture de l’Insee pour le mois de mars. En fait, les « gilets jaunes » et le mouvement perlé qui a dégradé la circulation à la SNCF au printemps ont représenté une perte de 0,2 point de croissance pour le PIB français l’an dernier.

Un impact pas si fort

L’institut de statistiques a pris en compte les deux derniers mois de l’année 2018 pour ce qui touche aux « gilets jaunes ». Les manifestations, les blocages, les dégradations et les saccages en marge des cortèges a « coûté » 0,1 point de PIB. La grève printanière à la SNCF a représenté une perte de même ampleur. Le reflux de la consommation enregistré durant les trois derniers mois de l’année (0%, contre 0,4% au troisième trimestre) ne serait pas le fait des « gilets jaunes ».

Report d’achats

L’Insee explique que les ménages ont suspendu leurs achats automobiles en raison surtout de la mise en place de nouvelles normes antipollution. L’institut explique aussi que les achats prévus en décembre ont été reportés en janvier. Ces chiffres macroéconomiques sont certes rassurants, mais il n’empêche que certains secteurs comme l’hôtellerie ou  le commerce de détail ont réellement soufferts du mouvement des « gilets jaunes ».


A découvrir