SNCF : 64 % des Français favorables à une réduction du droit de grève

Guillaume Pépy a estimé lundi 16 juin que la grève avait coûté jusqu'à
présent 80 millions d'euros à la SNCF.

C'est le résultat du sondage exclusif réalisé par Toluna pour Economiematin.fr. Alors que les 17 % des salariés de la SNCF vont entamer mardi 17 juin leur septième journée de grève consécutive, les Français semblent de moins en moins favorables à l'exercice, à outrance, de ce droit, quasi sacré en France.

 

La grève SNCF qui paralyse les transports, et n'ayons pas peur des mots, les millions de salariés qui se rendent au travail chaque jour, commencerait donc à exaspérer les Français.

64 % des Français favorables à une limitation du droit de grève

1

 

D'après un sondage Toluna pour Economiematin.fr, 64 % des Français souhaiteraient voir réduit le droit de grève des syndicats afin de limiter l'impact sur l'économie et les autres travailleurs. L'impact sur les travailleurs, il est évident. Mettre deux heures pour arriver à son travail, en retard, au lieu des 3/4 d'heure habituel nuit sensiblement à la productivité d'un salarié. L'impact sur les entreprises, lui découle du premier, en toute logique. Un salarié moins productif n'est plus aussi efficace pour son entreprise.

Grève SNCF : un coût de 80 millions d'euros

A ce sujet, alors que le coût d'une journée de grève était traditionnellement estimé à 20 millions d'euros, soit une rame de TGV, pour la SNCF, Guillaume Pepy a annoncé lundi 16 juin que le coût global de la grève, jusqu'à présent, était envisagé autour de 80 millions d'euros. Pour l'instant, car les syndicats ont dans la foulée reconduit la grève pour mardi 17 juin. Une position que semble partager environ 29 % des Français, d'après notre sondage, alors que 7 % ne semblent pas avoir d'avis à cet sujet.

30 % des Français favorables à une indemnisation de la part des grévistes

 

2

 

Le sondage révèle enfin que 72 % des sondés trouveraient normal que les personnes ayant subi un préjudice suite à une grève devraient être indemnisées. Pour 25 % d'entre eux, l'indemnisation proviendrait de l'entreprise en grève. Pour plus de 29 % d'entre eux, elle viendrait en revanche des syndicats ayant voté la grève. Pour près de 20 % des personnes interrogées, ce serait par l'Etat ou par les assurances.

Vers la désacralisation du droit de grève ?

Une étude qui précise que les Français sacralisent de moins en moins le droit de grève, quasi institutionnel voir sacré dans l'Hexagone. Les grèves de la SNCF et les nombreux désagréments qu'elles causent actuellement sont peut-être la goutte d'eau qui a fait basculer le coeur des Français. Des revendications sociales, oui, mais à condition de ne pas empêcher les autres de vivre. Tel semble être le message adressé aujourd'hui.

 

Fiche technique :

 

Le sondage Toluna www.quicksurveys.com a été réalisé par Internet en France les 14 et 15 juin 2014 auprès d'un échantillon de 1000 personnes âgées de 18 ans et plus. Les résultats ont été redressés pour être représentatifs de la population nationale en termes de région, sexe et âge (dispersion des professions).   


A découvrir

Jean-Baptiste Le Roux

Jean-Baptiste Le Roux est journaliste. Il travaille également pour RCF où il est en charge de l'actualité sur web. Il a travaillé pour Perspective Entrepreneurs, Jalons, Causeur et Valeurs Actuelles avec Basile de Koch avant de rejoindre Economie Matin, à sa création, en mai 2012. Il est diplômé de l'Institut européen de journalisme et ancien membre de l'Association des Journalistes de Défense.