Pendant les grèves, optez pour le vélo électrique

300 €
Le coût d'un vélo électrique de qualité est estimé à 300 euros (aides
déduites).

Vous l’avez compris, la grève risque bien de perdurer encore quelques jours, peut-être même jusqu’à Noël. Et rien ne dit qu’elle ne reprendra pas après, à la rentrée, en janvier. Autant dire que pour tout ceux qui doivent faire 10, 20, 30 km par jour pour aller travailler, il va falloir trouver un plan B acceptable et durable.

Optez pour le vélo électrique

Motos, scooters et mobylettes sont évidemment des solutions pratiques, mais coûteuses : outre l’achat, il faut aussi financer une assurance, parfois, prohibitive, surtout pour les petites cylindrées. On parle de plusieurs centaines d’euros par an, beaucoup plus cher qu’une assurance auto. Et en prime, bien sûr, il faut faire le plein. Alors, l’autre plan B, c’est peut être... le vélo électrique.

Aujourd’hui, on trouve des vélos électriques à moins de 500 euros, aux performances tout à fait satisfaisantes. C’est-à-dire qu’ils rendent vraiment le trajet à vélo totalement indolore grâce à l’assistance du moteur. Et les moins performants permettent de parcourir 60 km avec une charge de batterie, un peu moins quand il fait très froid. C’est parfait donc pour qui doit faire 5, 10, 15 km aller le matin, et autant le soir.

Bénéficiez d'aides à l'achat

En prime, c’est le cas de le dire, il existe des aides à l’achat. La métropole de Lyon accorde une prime de 100 euros, celle de Saint Etienne, de 100, voire, 200 euros. Il est fort probable que votre communauté de commune propose aussi une aide. L’État aussi accorde un Bonus Vélo, qui vient doubler dans certains cas l’aide de la collectivité.

Dans l’absolu, dites-vous donc que vous pouvez acheter un bon vélo électrique pour 300 euros, une fois les aides déduites. Et à ce prix là, vous aurez un engin qui tiendra le coup plusieurs années, ou plusieurs milliers de kilomètres. Et, cerise sur le gâteau, votre employeur peut vous verser une indemnité kilométrique pour vos trajets domicile travail en vélo, qu’il soit électrique ou non. Elle est fixée à 25 centimes du kilomètre.  


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).