Islam et terrorisme, "fondamentalement" qui a raison ?

2050
En 2050, il pourrait y avoir autant de musulmans que de chrétiens dans
le monde.

OPINION

"Hijab Day" à Sciences Po Paris, "islam compatible avec la démocratie" pour Valls, Hollande décore un fondamentaliste saoudien et critique la guerre défensive menée par l'Egypte contre la terreur islamique... Bêtise ou irresponsabilité ?

Un "Hijab Day" journée de promotion du voile islamique est organisé au sein de Sciences Po Paris devenu pépinière de prestige pour islamo-marxistes. L'Antifa Clément Méric décédé en juin 2013 en était issu. "Oui, nos étudiants sont politisés, c'est dans la nature de cette école" convenait alors un professeur à la sortie de la rue Saint-Guillaume. "Il y a une volonté de mettre à bas tous ceux qui se battent pour la démocratie" pleurait une étudiante... Et voilà pour l'ambiance: la dictature de la subversion dans toute sa splendeur ! De son côté, François Hollande pour qui "l'islam est compatible avec la démocratie" soutient financièrement et militairement la branche d'Al Qaïda contre le président laïc Al Assad, décerne la légion d'honneur au ministre saoudien de l’Intérieur d'une des dictatures islamiques les plus impitoyables du monde et ose sur fond de "Droits de l'Homme" reprocher au Président laïc Al Sissi de défendre son pays contre les fanatiques. Quant à Valls, fervent adepte de la méthode Coué, il entend "démontrer fondamentalement" la légitimité de l'islam dans notre démocratie. Aux fous !

Je n'aborderai pas ici la teneur des textes islamiques: nombreux le font dans le détail avec bien plus de science. Pour se convaincre de l'aberration des déclarations gouvernementales en France, il suffit d'ouvrir un coran - tronc commun à tous les musulmans, de ceux qu'on n'entend jamais jusqu'aux terroristes - ainsi qu'un recueil de hadiths (actes et paroles de Mahomet "modèle idéal" et de ses compagnons) pour assister jour après jour, en direct et impuissants, à la pire escroquerie intellectuelle du XXIème siècle...

En revanche, je vous propose de comparer deux approches diamétralement opposées de l'islam, celle romantique et défaitiste de nos politiciens -Manuel Valls en tête- avec celle lucide et pragmatique du président égyptien, le musulman Al-Sissi dont l'expertise est partagée par tant d'autres progressistes sincères (même si la bonne volonté de ces derniers est, je le crains, vouée à l'échec pour des raisons qui tiennent à l'essence même de l'islam...)

"Fondamentalement", qui a raison ... ?

Dès juillet 2013 à Tunis, Hollande sentencieux ose "La France sait que l'Islam et la démocratie sont compatibles" Le ton est donné. Les islamistes boivent du petit lait... La critique déplacée d'Hollande au président Al Sissi lui vaut un magistral "Descends de ton nuage et mêle toi de tes oignons !" Version originale et diplomatique : "La région dans laquelle nous vivons est une région très perturbée, Monsieur le président Hollande. Les normes en Europe, qui est au sommet du progrès et de la civilisation, ne peuvent prévaloir dans la situation que vit notre région, notamment l'Égypte. Nous sommes confrontés à des forces diaboliques qui essaient d'ébranler l'Égypte, [notamment par] ces accusations qui visent à affaiblir la police, la justice".

Ce 4 avril 2016, tout en reconnaissant la toxicité du salafisme en train de "gagner la bataille idéologique et culturelle" Manuel Valls s'obstine donc à vouloir démontrer la chimère: "Aujourd’hui, la laïcité est confrontée à la montée de l’islam radical mais aussi à la place de l’islam dans nos sociétés. J'aimerais que nous soyons capables de faire la démonstration que l'islam, grande religion dans le monde et deuxième religion de France, est fondamentalement compatible avec la République, la démocratie, nos valeurs, l'égalité entre les hommes et les femmes(...) C'est pour cela qu'il faut protéger -pro-té-ger- nos compatriotes de confession ou de culture musulmane de la stigmatisation, des actes antimusulmans"

De l'autre côté de la Méditerranée, le 28 décembre 2014 le président égyptien Sissi secouait directement le grand cheikh d’Al-Azah (Vidéo)

Nous devons considérer longuement et froidement la situation dans laquelle nous nous trouvons. Il est inconcevable qu’en raison de l’idéologie que nous sanctifions, notre nation dans son ensemble soit source de préoccupations, de danger, de tueries et de destruction dans le monde entier. Il est inconcevable que cette idéologie… Je ne parle pas de "religion" mais d’ idéologie – l’ensemble des idées et des textes que nous avons sanctifiés au cours des siècles, à tel point que les contester est devenu très difficile. On en est arrivé au point que [cette idéologie] est devenue hostile au monde entier. Peut-on imaginer qu’ 1,6 milliard [de musulmans] tuent une population mondiale de 7 milliards pour pouvoir vivre [entre eux] ? C’est impensable. Vous ne pouvez y voir clair en étant enfermés [dans cette idéologie]. Vous devez en émerger pour voir les choses de l’extérieur, pour vous rapprocher d’une idéologie réellement éclairée. Vous devez vous y opposer avec détermination.

Al Sissi définit l'islam comme une d'idéologie sanctifiée, Valls parle de grande "religion"

Al Sissi soutient que l'islam est devenu hostile au monde entier, Valls contre tout bon sens élémentaire, martèle que l'islam est compatible avec la démocratie. "Certains ne veulent pas y croire, une majorité de nos concitoyens en doute, mais moi, je suis convaincu que [le démontrer] c'est possible"

Al Sissi fait appel à la responsabilité et à l'objectivité des prédicateurs et érudits de l'islam "Honorable imam (le grand cheikh d’Al-Azhar), vous êtes responsable devant Allah." Valls accuse les islamo-réalistes de "stigmatiser" les musulmans, probablement comme la recherche médicale "stigmatise" les malades ! Refusant d'affronter la réalité, il confond intentionnellement islam avec musulmans, espérant sans doute brouiller les pistes: "C'est pour cela qu'il faut protéger -pro-té-ger- nos compatriotes de confession ou de culture musulmane de la stigmatisation, des actes antimusulmans". Le "C’est pas ça l’islam" dédouane les musulmans de leur responsabilité et les conforte dans le mensonge.

Al Sissi recommande "Vous devez vous opposer [à l'idéologie islamique] avec détermination." Valls manipule, tente en vain de conditionner l'opinion publique "Il faut donc mener le combat des consciences, et faire jaillir au grand jour ce qu'est la réalité de l'islam de France" (sans examiner sa composante liberticide, sexiste, sectaire et criminelle...)

Al Sissi préconise un traitement de choc "Nous devons révolutionner notre religion". Pour Valls "L’islam est en France pour y rester" à l'instar de Hollande. Et le pays moribond s'installe en soins palliatifs... Je vous laisse méditer et surtout, jauger la crédibilité de chacun d'eux...

J'ajouterais juste que s'il est facile de "démontrer fondamentalement" l'imposture mahométane, il est douloureux pour les musulmans de l'admettre. Je suis toujours ébahie de constater que certains y arrivent malgré le matraquage subversif permanent, perplexe aussi de les voir conserver une forme d'islamité "maison". Serait-ce cela "l'islam de France", un islam vidé de sa substance ? Comment peut-on se dire "musulman" en ayant conscience de l'absurdité criminelle des textes sacrés de l'islam ? Mystère. Quoi qu'il en soit, ce sera long et difficile Il en va de la responsabilité des politiques et de leurs médias d'accompagner et délivrer les otages de cette secte. Oui l'islam c'est aussi et surtout ça !

Couplée à la fermeté, "la vérité est une force agissante. L'arme absolue" répétait Gandhi... Le pronostic vital de la France est engagé.

Calculette@LaMutine


A découvrir