Quinquennat de François Hollande : le mandat de l'assommoir fiscal

À revenu constant, un foyer de deux enfants gagnant 6000 euros par
mois paiera 250 euros d'impôts sur le revenu en plus l'année
prochaine, soit 21 euros par mois.

L'éclair de lucidité sur la fiscalité qui a saisi F. HOLLANDE le 16 mai dernier lors de sa conférence de presse n'aura duré que ce que dure les roses, c'est-à-dire l'espace d'un instant.


Les ménages vont en effet être durement taxés dans les années qui viennent après une ponction sans précédent en 2013.

 

Pourquoi ?

En ayant découragé l'initiative privée ; en ayant cassé le peu de croissance prévue, le Gouvernement a instauré un climat de défiance très défavorable à l'économie.

 

Les recettes fiscales s'en sont ressenties et ont considérablement diminuées : la TVA par exemple a enregistré un rendement inférieur de 5,7 mds. Ces non-values fiscales seront encore plus importantes en 2013, la France étant entrée en récession en 2013.


N'ayant pas maîtrisé l'évolution des dépenses publiques (elles vont continuer d'augmenter d'au moins 1% cette année), le Gouvernement sera contraint d'augmenter les impôts et les taxes, de tous les Français.


En effet, malgré les promesses réitérées, il n'y a à ce jour aucun plan précis et annoncé de réduction de la dépense publique. Dans ces conditions, la sanction fiscale ne sera pas évitée, aggravant encore la situation économique et remettant à plus tard la reprise de la croissance. C'est dans un véritable cercle vicieux que le Gouvernement s'est de lui-même enfermé.


Tous les ménages touchés :
La France bat déjà tous les records en matière de prélèvements obligatoires : 45% du PIB aujourd'hui, 46 ,5 % prévus en 2016 mais les socialistes s'apprêtent à en ajouter :

Par la remise en cause du principe d'universalité des allocations familiales : au moins 20% des ménages seront touchés, Par la non revalorisation du barème de l'impôt sur le revenu déjà effectif pour 2013 et qui sera prolongé pour 2014, Par la création de nouvelles taxes notamment en matière écologique qui vont à nouveau « charger la barque » des entreprises, Enfin, par une nouvelle augmentation des taux des impôts locaux prévisible notamment du fait des collectivités socialistes, incapables de réduire leurs dépenses depuis 10 ans.

La France est entrée dans la spirale de l'échec économique et social depuis un an et rien n'indique qu'elle pourrait en sortir avant quatre ans tant la politique actuelle va à l'encontre de la croissance et de l'emploi.


Contrairement aux prévisions totalement fantaisistes de F. HOLLANDE, les Français doivent s'attendre à moins de croissance, à plus de chômage et à plus d'impôts.


A découvrir