Le marché de l'immobilier est encore loin de s'essouffler

9 621 euros
À Paris, le prix du mètre carré culmine à 9 621 euros au troisième
trimestre 2018.

Malgré la progression des prix, la surface moyenne d’un logement changeant de mains reste stable, le montant moyen d’une transaction augmente, et les délais se raccourcissent même un peu, révèle le réseau Century 21 dans son bilan du troisième trimestre 2018.

Toutes régions confondues, le mètre carré a franchi la barre de 2 500 euros

On attendait des signes d’essoufflement, mais la vague ne se retourne toujours pas : au troisième trimestre 2018, l’immobilier continue de se porter bien en France. Les prix augmentent de manière contenue (+2,6% dans l’ensemble) et s’établissent désormais à 2 539 euros en moyenne le mètre carré. Pour rappel, au troisième trimestre 2011 ils culminaient à 2 621 euros le mètre carré, le maximum historique n’as donc pas encore été atteint.

Malgré cette hausse des prix, la surface moyenne des acquisitions se réduit marginalement (85,9 mètres carrés en moyenne contre 86,7 mètres carrés au troisième trimestre 2017). Le montant moyen d’une transaction s’établit désormais à 209 042 euros (224 412 euros pour le segment des maisons et 199 961 euros pour les appartements). Preuve supplémentaire du bon état de santé du secteur, les délais de vente se raccourcissent d’une journée seulement et s’établissent aujourd’hui à 89 jours.

Un prêt immobilier court désormais sur 20,7 ans en moyenne

Les taux bas continuent à stimuler cette demande, et ce n’est pas étonnant : avec une inflation de l’ordre de 2,1% en 2018 selon la Banque de France, et des taux d’intérêt de 1,45% en moyenne, emprunter rapporterait même de l’argent à terme. Logiquement, les durées des prêts s’allongent encore pour se situer à 20,7 ans en moyenne. La part financée par le crédit se monte à 80,8% du montant d’acquisition aujourd’hui, contre 76% au troisième trimestre 2017.

Toujours selon les données de Century 21, les investissements locatifs représentent aujourd’hui 22,6% des transactions en moyenne nationale, et même 31,3% à Paris. Les 40-50 ans, les cadres supérieurs et professions libérales s’avèrent d’ailleurs des acheteurs très actifs.


A découvrir