Immobilier : les taux baissent légèrement, les prix augmentent

9
Entre juillet et octobre 2020, Angers est descendu de la 79e à la 88e
place dans le palmarès du pouvoir d'achat immobilier de Meilleurtaux.

Les taux des crédits immobiliers ont entamé une légère baisse, tandis que les taux d’usure ont remonté. Mais in fine, ce n’est pas cela qui compte : les prix ayant pas mal progressé dans un grand nombre de villes, le « pouvoir d’achat immobilier » des Français a diminué.

L’étau se desserre sur les taux d’intérêt

Les taux des crédits immobiliers baissent légèrement. En octobre 2020, ils ont baissé de 0,01% pour les prêts sur 15 et 20 ans et de 0,02% pour les prêts sur 10 et 12 ans, nous apprend la Centrale de Financement. La diminution la plus importante constatée en octobre 2020 concerne les prêts contractés sur une durée de 7 ans, pour lesquels les taux immobiliers ont chuté de 0,07% par rapport au mois précédent.

Cette légère amélioration des conditions de crédit est une bonne nouvelle pour les emprunteurs, d’autant plus qu’au 1er octobre 2020, les taux d’usure (fixés chaque trimestre et publiés au Journal Officiel) ont augmenté de 0,10 point de pourcentage en moyenne. Pour les emprunts sur 10 à 20 ans, les banques sont désormais autorisées à proposer des taux de 2,52% maximum, et 2,68% maximum pour les emprunts sur 20 ans et plus.

Le « pouvoir d’achat immobilier » ne cesse de diminuer

Mais ces bonnes nouvelles en matière de taux ne doivent pas nous faire oublier l’évolution des prix. En effet, ces derniers suivent une tendance haussière dans la plupart des villes. Le prix au mètre carré augmentant et la capacité d’emprunt d’un ménage restant la même, à taux de crédit inchangé les candidats à l’acquisition peuvent logiquement prétendre à des surfaces de plus en plus petites.

D’après une étude du courtier Meilleurtaux, qui fait du calcul du « pouvoir d’achat immobilier » sa spécialité, en octobre 2020 celui-ci a le plus baissé à Angers, au Mans, à Nîmes, à Saint-Étienne et au Havre. Dans certaines villes le « pouvoir d’achat immobilier » reste cependant stable : il s’agit de Grenoble, Strasbourg, Rennes, Bordeaux et Paris.


A découvrir