L'industrie de l'armement demande des renforts... financiers

En France, le chiffre d'affaires de l'industrie de l'armement est de
15 milliards d'euros. Un tiers de ce chiffre d'affaires est réalisé à
l'exportation.

Les Coréens, les Chinois, Les Israéliens et même les Turcs taillent des croupières aux industriels français de l'armement en arrivant sur les salons internationaux avec des matériels nouveaux et parfois près de deux fois moins chers, par rapport à ceux des leaders américains, russes, anglais et.... français. Pourquoi ? Parce que le budget destiné à l'effort de recherche et d'innovation dans l'armement, en France, a chuté considérablement ces dernières années. Il représente 700 millions d'euros en 2012, soit deux fois moins qu'il y a vingt ans. Et ce n'est pas l'objectif de réduction de la dette publique qui va arranger les choses...

Selon Christian Mons, président du Conseil des Industries de Défense Française (Cidef) « l'industrie de l'armement française exporte pour 4 milliards d'euros de matériels militaires et génère pour 2,7 milliards d'euros d'excédents net. » comme le rapporte le Figaro. La France se place ainsi au quatrième rang mondial des exportateurs d'armes derrière les Etats-Unis, la Russie et la Grande-Bretagne. 

D'excellents résultats pour une activité qui représente à elle seule 30 à 40 % du chiffre d'affaires des industriels de ce secteur qui travaillent aussi pour l'industrie civile.

 

Pour résister à la concurrence des pays émergents, le Cidef demande à l'Etat de relever ses budgets d'investissement en recherche et développement (R&D) à un milliard d'euros, soit une augmentation de 42 % par rapport au budget actuel. Au risque sinon de voir décliner l'activité de l'industrie de l'armement, incapable de proposer de nouveaux produits à ses clients ce qui entrainerait des destructions d'emplois massives dont la France n'a pas vraiment besoin en ce moment...

L'industrie de la Défense représente aujourd'hui un chiffre d'affaires de 15 milliards d'euros, et 330 000 emplois directs et indirects.


A découvrir