Covid-19 : les ménages perdent des milliards, les riches gagnent le double

3,2 MILLIARDS €
La suppression de l'ISF a coûté 3,2 milliards d'euros par an à l'Etat.

Le magazine Challenges a publié, le 8 juillet 2020, son nouveau classement des 500 plus grandes fortunes françaises. Un classement annuel qui, crise sanitaire oblige, a été compliqué à réaliser, de l’aveu du magazine lui-même. Mais contrairement à ce qu’on pourrait penser, les milliardaires de France n’ont pas perdu de l’argent… ils en ont gagné. Et pas qu’un peu.

730 milliards d’euros : la richesse du Top 500 français

Selon le classement réalisé par Challenges, qui s’intéresse aux 500 plus grandes fortunes de France, c’est simple : leur richesse cumulée est équivalente à 730 milliards d’euros. En tête de liste, comme toujours, on trouve Bernard Arnault qui, selon Challenges, a vu sa fortune dépasser le seuil de 100 milliards d’euros, en hausse de 13%, un record historique pour un milliardaire français. Une donnée qui en ferait le troisième homme le plus riche du monde, derrière Jeff Bezos et Bill Gates.

Le Top 3 est dominé par le luxe : outre Bernard Arnault, à la tête de LVMH, on trouve les héritiers d’Hermès avec une fortune de 55 milliards d’euros et les propriétaires de Chanel qui pèsent 53 milliards d’euros. Suivent les richesses de Françoise Bettencourt-Meyers (L’Oréal) et celle de la famille Pinault (Kering), avec respectivement 51 et 32 milliards d’euros.

Mais la donnée la plus importante est probablement l’augmentation de la richesse des 500 les plus riches de France : depuis l’édition 2019 du palmarès, les fortunes cumulées des 500 les plus riches de France ont augmenté de 3%, soit 21 milliards d’euros.

La crise a fait perdre énormément d’argent aux ménages

Malgré la crise économique, donc, selon Challenges, les plus riches sont toujours plus riches. Malheureusement, ce n’est pas le cas pour les ménages français en général, une situation qui devrait empirer avec les divers plans sociaux et faillites qui s’annoncent pour cette année 2020 où la récession pourrait atteindre 11% selon Bercy.

Si les Français ont largement économisé grâce aux mesures de chômage partiel, plus de 70 milliards d’euros selon l’OFCE, ce dernier estime que les ménages ont perdu, en moyenne, 500 euros. Au total, donc, les ménages français auraient vu leurs revenus chuter de 14 milliards d’euros. Les 500 plus grandes fortunes de France ont donc gagné plus que ce qu’on perdu l’ensemble des ménages du pays. De quoi renforcer les inégalités.

De quoi payer une grande partie du chômage partiel !

Ces 21 milliards d’euros de plus, estimés par Challenges, sont d’autant plus intéressants qu’Emmanuel Macron a annoncé et répété qu’il ne réinstaurerait pas l’ISF ni ne taxerait les dividendes de plus de 10 millions d’euros, ni même n'imposerait une « taxe Covid » afin de rembourser la dette liée à la pandémie.

Or, bien qu’il soit évident qu’il serait impossible de récupérer pour l’État les 21 milliards d’euros suscités, il est intéressant de voir que les 500 familles les plus riches de France ont gagné assez pour couvrir deux tiers du coût total du chômage partiel dont ont grandement bénéficié les entreprises est qui est estimé à 31 milliards d’euros par l’Unédic.


A découvrir