Inégalités : les milliardaires détiennent près de 5 fois le PIB français

13,9 %
La richesse des milliardaires en 2021 représente 13,9% du PIB mondial.

L’explosion de la fortune des milliardaires durant la pandémie de Covid-19 a été fortement commentée, et l’ONG Oxfam en rajoute une couche. Elle souligne notamment que le nombre de milliardaires dans le monde a fortement augmenté, alors que plus de 250 millions de personnes tomberont dans la pauvreté extrême en 2022.

573 milliardaires de plus dans le monde depuis 2020

En se basant sur les données du classement des milliardaires de Forbes publié au premier trimestre 2022, l’ONG Oxfam a fait les calculs dont elle a l’habitude pour démontrer que les inégalités de richesse se sont creusées. Depuis 2020, 573 personnes de plus ont dépassé le seuil symbolique du milliard de dollars de fortune. Fin 2021, le nombre de milliardaires a ainsi atteint le record de 2.668 personnes.

Oxfam souligne que cette augmentation du nombre d’ultra-riches représente tout simplement la création d’un nouveau milliardaire toutes les 30 heures durant les deux ans de pandémie.

Et, bien évidemment, la fortune globale de ces derniers a explosé : elle a grimpé, sur la période, de 3.780 milliards de dollars, soit plus que l’équivalent du PIB français qui est d’environ 2.600 milliards de dollars.

Cumulée, la fortune des 2.668 hommes et femmes les plus riches du monde représente 12.700 milliards de dollars, en hausse de 42% sur deux ans et l’équivalent de plus de 4,5 fois le PIB de la France (ou près de la moitié du PIB des États-Unis).

La crise de la Covid-19 a durement touché les plus pauvres

Alors que les plus riches ont vu leur fortune exploser au point que désormais, selon Oxfam, les 10 personnes les plus riches du monde détiennent autant de richesse que les 40% les plus pauvres de l’ensemble de la planète (soit environ 3 milliards de personnes), les plus pauvres ont fortement souffert.

« Les revenus de 99% de l’humanité ont baissé à cause de la COVID-19 », écrit l’ONG dans son rapport publié le 23 mai 2022. Tout particulièrement, les 40% les plus pauvres ont vu leurs revenus baisser, s’établissant à 6,7% de moins que les « projections pré-pandémie ».


A découvrir