L'ère de l'application consciente

11 MILLIARDS $
Le marché de l'Intelligence Artificielle pourrait peser 11 milliards
de dollars à l'horizon de 2024.

Bienvenue dans l’ère des applications conscientes. Les perspectives sont désormais illimitées. La programmation et le développement ne se limitent plus aux seuls outils technologiques, mais s’articulent essentiellement autour de la puissance des idées. Selon les experts, notre esprit constitue la seule et unique barrière à surmonter avant d’atteindre une plus grande sagesse et un meilleur bien-être.

Pour l’être humain, le développement des applications cognitives et l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle vont de pair avec un processus décisionnel plus intelligent. Alors, dans quelle mesure avez-vous conscience de l’impact que l’application consciente, en plein boom, exerce sur votre activité ? Et quel rôle jouera la biométrie pour doter le cybercitoyen d’une plus grande connaissance numérique ?

L’avenir des applications

Une étude novatrice, intitulée « The Future of Apps » (L’avenir des applications ou FoA en anglais), financée par F5 Networks, fournit des éléments incontestables sur la façon dont les applications vont façonner le comportement des consommateurs et transformer radicalement les business models dans les décennies à venir. Ce rapport comporte les observations exclusives d’éminents experts issus d’entreprises leaders dans le domaine de la cybersécurité, la biométrie et les nouvelles technologies, au sujet de l’avènement d’une société numérique transformatrice. À mesure que l’économie des données explose, de nouvelles approches de la gestion du risque et de la confidentialité vont en effet s’appuyer sur l’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique pour permettre aux développeurs d’applications d’innover dans un monde qui dépendra de plus en plus d’un écosystème homme-machine interconnecté.

L’intégration de l’intelligence artificielle dans les comportements d’achat offrira une nouvelle strate de connaissance personnelle et offrira aux consommateurs davantage de pouvoir pour repérer et sélectionner des services. La confiance est la clé qui ouvrira la porte à de nouvelles entreprises. Mostafa Zafer, IBM MEA, a déclaré dans le rapport FoA : « Je pense que nous atteindrons un point où l’application devra me conseiller de sélectionner tel service ou d’effectuer ou non telle transaction. Il devra y avoir un volet de conseil, et je crois que ce sera le principal rôle joué par l’intelligence artificielle dans l’application : devenir un véritable conseiller personnel lorsque j’utilise l’application. »

Il est intéressant de noter que, de l’avis de nombreux experts, la croissance soutenue de l’Open Source posera des défis en termes de contrôle qualité et nécessitera un contrôle de la communauté pour davantage de fiabilité et de sécurité. Il est difficile de réglementer l’Open Source, un sujet qui engendre plus de questions qu’il n’apporte de réponses en matière de responsabilité, en particulier en cas de vol d’identité. Du point de vue de la sécurité, Rebecca Parsons, qui travaille chez Thoughtworks, précise : « Plus le nombre de personnes qui prend conscience des menaces générées par des éléments tels que les portes dérobées grandit, plus les utilisateurs s’intéressent à l’Open Source, car toute la communauté peut visualiser le code et constater directement s’il semble sécurisé, sans porte dérobée. »

De nouvelles possibilités à l’horizon

La réalité est qu’une économie numérique révolutionnaire à même de façonner l’intégralité de notre univers interactif a absolument besoin d’applications plus intelligentes. La réalité augmentée et la biométrie préparent un avenir dans lequel notre interface avec les applications ouvrira de nouvelles possibilités de commerce, de divertissement et de résolution des défis complexes. Les processus de fabrication gagneront en transparence en interconnectant l’homme et la machine, en dotant les êtres humains de plus grandes facultés sensorielles et en incluant la réalité augmentée dans les produits, comme cela peut être le cas dans les lentilles de contact. « Nous savons que d’ici 2020, un tiers des consommateurs utiliseront des applications de réalité augmentée, sous une forme ou une autre, pour effectuer des transactions commerciales, par exemple. Nous en voyons beaucoup dans le secteur de la vente au détail », a expliqué Dany El Eid, de Pixelbug.

De façon assez remarquable, développeurs et scientifiques repoussent les limites de l’interconnectivité consciente. L’idée que la science puisse nous permettre de lever les frontières géographiques, de réfléchir à la téléconférence holographique, voire télépathique, va considérablement modifier nos échanges sociaux et commerciaux. L’utilisation de la biométrie et les interconnexions directes entre les êtres humains et le cyber-univers portent l’immersion automatisée vers de nouvelles dimensions. Neil Harbisson est un activiste cyborg. Il est principalement connu pour avoir été la première personne au monde à s’être fait implanter une antenne dans le crâne. Il a récemment déclaré dans le rapport FoA : « Si une partie de vous-même est électronique, cybernétique ou technologique, cela peut améliorer votre qualité de vie, car la technologie ne cesse d’évoluer. Et si vous possédez un sens ou un élément de votre corps cybernétique, alors il pourra évoluer tout au long de votre vie. Par conséquent, au lieu de constater que plus vous prenez de l’âge, plus vos sens régressent, vous observerez qu’en vieillissant, vos sens n’en deviennent que meilleurs. »

En devenant plus intelligentes, les applications assurent l’accès au monde physique qui nous entoure et la perception que nous en avons. Tandis que le transhumanisme cohabite avec des applications intégrées pour optimiser notre raisonnement cognitif et nos processus décisionnels, l’écosystème d’applications centré sur des logiciels contrôlera également nos organes vitaux. Notre corps se mesurera à la technologie, et nos pensées seront enrichies de nouvelles fonctionnalités intégrées. « J’anticipe l’utilisation possible, à l’avenir, du mot ‘application’ dans le sens d’ajouter un nouvel organe ou un nouveau sens », a également commenté Neil Harbisson. Cela s’accompagne cependant de nouveaux défis pour les cyberprofessionnels, dans la mesure où les hackers et les cybercriminels s’adonnent de plus en plus fréquemment au piratage et au vol d’identité. La notion de « pirater un être humain » risque même de devenir monnaie courante si les cyber-outils tombent entre de mauvaises mains ou sont détournés avec de mauvaises intentions.

Nouvelles réalités

Les dangers des « nouvelles réalités » construites et manipulées par la cybercriminalité conduisent à se poser de nombreuses questions sur l’avenir des applications. Les professionnels de la cybersécurité continueront d’affronter les bots et de s’efforcer de protéger au mieux les données sensibles, qui constituent l’essence même de tout un chacun. Leur conscience l’emporte sur l’inconscience des voleurs. Cependant, les capacités que vous avez dans la tête dépendront de l’aptitude des individus et des entreprises à protéger consciencieusement notre conscience, et cette ère n’a jamais été aussi proche. Et vous, quelle attention portez-vous à la protection de vos applications pour l’avenir ?


A découvrir