NON ! Le cash ne sera pas interdit en Europe dès 2018 !!

500 EUROS
Les billets de 500 euros seront interdits dès 2018 en Europe.

Attention à ce que vous lisez et à ce que les gens vous disent.

Oui il y a bien une étude qui est faite actuellement par les services européens sur l’avenir des « espèces » ou du « cash ». Vous pouvez télécharger le document en anglais ici : attention, il y a 6 pages en tout !!

Il s’agit pour le moment d’une « roadmap » en anglais, ce qui peut se traduire par « feuille de route ». C’est donc bien le sens dans lequel « on » va !

Évidemment, les rumeurs les plus folles peuvent circuler, d’autant plus que nos autorités, soyons clairs, ne sont pas favorables au fait de voir les peuples faire un peu ce qu’ils veulent avec des billets qui sont difficilement « traçables ».

Donc oui, il y a de quoi s’inquiéter, et le sens de l’histoire est d’aller vers la suppression des espèces au profit de monnaies 100 % numériques qui auront l’immense avantage de rendre toutes les opérations traçables, mais aussi de permettre de lutter contre l’économie informelle ou la fraude fiscale. Bref, du 100 % numérique serait nettement plus pratique pour les États et cela coûterait également moins cher.

Les avantages sont évidents, raison pour laquelle nous nous y dirigeons.

Tout ce qui est numérique est facilement taxable, saisissable, confiscable et tout vocable en « -able » que vous voulez !!

MAIS… pas tout de suite, et je vais vous révéler à quelle occasion nous pourrions passer obligatoirement et sans appel à une nouvelle monnaie numérique.

MAIS avant, sachez que dans ce papier écrit en anglais, dans cette « roadmap », dans sa feuille de route donc, l’Europe dit qu’elle veut réfléchir aux différentes façons de supprimer les pièces et billets, elle dit aussi qu’elle veut supprimer le billet de 500 € d’ici 2018 !

On parle uniquement du billet de 500 € pour 2018. Pas de toutes les espèces, et c’est là que la confusion a « affolée » le net !

Après, évidemment, on peut imaginer qu’en 2020, on supprimera le billet de 200 €, puis en 2022 celui de 100 €. D’ailleurs, en France, on utilise exclusivement des billets de 50 € comme plus grosses coupures, suivies des 20€ ! Autant dire que l’on est en avance !

Pour les Allemands, en revanche, c’est assez différent. Eux préfèrent et aiment beaucoup les billets de 500 €. L’Allemagne est plutôt un pays civilisé où les gens disciplinés payent leurs impôts (pas comme en Grèce !!). Les Allemands risquent donc d’être très réfractaires à cette idée saugrenue tant l’usage d’espèces est courant en Allemagne.

Donc reprenons.

OUI l’Europe veut supprimer dès 2018 le billet de 500 €.

NON cela ne concerne pas tout le cash pour 2018 !

OUI les plus gros utilisateurs des 500 € sont les Allemands et ce ne sera pas si simple pour l’Europe que d’interdire ce billet.

De surcroît, l’Europe elle-même reconnaît que la suppression des espèces pourrait être illégale compte tenu des traités signés.

Bref, tout le monde veut aller vers un monde sans cash et à 100 % en monnaie numérique, mais pour le moment, c’est un processus qui s’inscrit dans la durée. Pas une interdiction pure et simple.

Cela dit, en cas d’explosion de l’euro, il sera bien plus simple de faire une CB par personne que d’imprimer en urgence et de distribuer partout une nouvelle monnaie sous forme de pièces et billets.

Il est déjà trop tard. Préparez-vous !

Article écrit par Charles Sannat pour Insolentiae


Charles Sannat

Charles SANNAT est diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l'Information-(secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Economique d'AuCoffre.com en 2011.

Il rédige quotidiennement Insolentiae, son nouveau blog disponible à l'adresse http://insolentiae.com

Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.