Internet à bord de tous les TGV d'ici fin 2016

4,4 MILLIARDS EUROS
Voyages-SNCF a généré un chiffre d?affaires de 4,4 milliards d?euros
en 2013.

Une connexion à internet simple, facile et fiable dans les trains : voilà ce que réclament bon nombre de voyageurs pour qui la mobilité informatique va de soi. Mais pour la SNCF, c’est une autre histoire.

Il y a cinq ans, la SNCF avait expérimenté, sur le TGV Est, une connexion satellitaire pour l’accès à internet. L’initiative n’avait pas porté les fruits escomptés, loin de là : la technologie s’est révélée complexe et coûteuse. Pas question donc de l’étendre à toutes les lignes.

Une société numérique

En dévoilant ce mardi 10 février les grandes lignes de son projet de numérisation tous azimuts, Guillaume Pépy le patron de la SNCF a montré son ambition : l’entreprise doit se transformer en société du numérique. Et le plus important, c’est évidemment d’offrir une connexion internet de bonne qualité aux passagers.

Cette connexion, elle doit passer par la 3G et la 4G : après tout, c’est ainsi que la grande majorité des utilisateurs de smartphones joignent internet. Or, couvrir toutes les lignes du réseau de la SNCF est une vraie gageure, sans oublier les contraintes dues à la grande vitesse pour le TGV.

C’est pourquoi la SNCF souhaite mouiller les quatre opérateurs dans cette initiative, sans oublier l’Arcep, le « gendarme » des télécoms. Ce dernier a d’ailleurs annoncé une « déclaration commune d’intention » pour améliorer la couverture des services mobiles sur les lignes de la SNCF. 

Les opérateurs seront-ils partants ?

La connexion du réseau de la SCNF devra être achevée fin 2016, a promis Guillaume Pepy. Entre temps, les opérateurs devront avoir tracé une carte de la couverture 3G/4G des lignes de train, tandis que le transporteur va lancer un appel d’offres pour équiper les TGV — le résultat sera connu fin juin, avec un déploiement programmé lui aussi pour 2016, du moins sur quelques grandes lignes.

Les opérateurs risquent toutefois de rechigner à la tâche : à aucun moment la SNCF n’a précisé les moyens qu’elle comptait mettre sur la table pour les aider à améliorer leur couverture réseau. Et on sait que les finances ne sont pas nécessairement au beau fixe.

Internet dans la rame de TGV, c'est bientôt possible.


A découvrir