Internet : tromperies sur les tarifs des FAI, affirme la DGCCRF

5 EUROS
3 à 5 euros, c'est le prix moyen de location d'une box à Internet, que
la plupart des opérateurs oublient d'annoncer dans leurs publicités...

Hier les opérateurs télécoms étaient soupconnés de fraude à la TVA, aujourd’hui, ils se voient reprocher par la DGCCRF de ne pas être suffisamment transparents avec leurs tarifs d'accès à Internet.

C’est à croire que les fournisseurs d'accès à Internet sont dans le viseur du gouvernement, en ce moment. Cette fois, ce qui est reproché aux opérateurs télécoms, c’est de présenter leurs forfaits d ‘accès à Internet de manière un peu trop avantageuse dans leurs publicités.

D ‘après La DGCCRF tous les fournisseurs d'accès, sauf un seul, il s'agit de Free, oublient intentionnellement d'indiquer dans leur tarifs le prix de la location de leur box, évidemment indispensable. Le problème, c’est que cette location, qui oscille entre 3 et 5 euros par mois, renchérît mécaniquement le coup de l’acces à Internet !

Seulement voilà, la ficelle est toujours la même. Vous souscrivez à une offre promotionnelle, offre proposée a un tarif préférentiel, parfois 10 euros, parfois 2 euros par mois, pendant 6 mois ou un an, et après, c’est le tarif normal qui s’applique... avec le prix de la location de la box à acquitter en plus.

Le patron de Free dénonce en particulier les offres commerciales d’Orange, le leader, qui oublierait de dire dans ses publicités qu’il faut louer une box, et à quelle prix. Mais Orange n’est pas seul mis en cause.

La DGCCRF a en tout cas écrit aux opérateurs Internet, leur rappelant qu’ils devaient afficher loyalement leurs tarifs, y compris dans leurs publicités. Ils ont jusqu’au 1er février 2018 pour se mettre en règle avec les règles relatives à l’information du consommateur sur les prix, en l'occurence, un décret datant de 1987.

Le probleme,c’est que la sanction encourue est un peu faible eu égard aux enjeux, puisqu'il s'agit d'une amende de 15 000 euros, mais probablement 15 000 euros par infraction constatée, donc, par publicité.  Comparé aux montants investit dans certaines campagnes, notamment télévisées, le risque est faible...

Autrement dit, consommateurs, continuez à être vigilants quand vous souscrivez à une offre d'accès à Internet, en particulier promotionnelle.

 

A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).