Pourquoi attendre 2021 avant d'investir dans une voiture électrique ?

15000 €
L'année prochaine, Renault devrait lancer en France une voiture
électrique vendue autour de 15 000 euros.

Vous le savez, l’année 2020 ne sera évidemment comparable à aucune autre. Par la force des choses, c’est aussi une année de changements, voire de ruptures, qui pour certains, risquent d’être très durables.

Effondrement des voitures diesel

C’est le cas du marché de l’automobile : la part de voitures à moteur diesel s’est effondrée jusqu’à un niveau inconcevable : une voiture neuve sur trois contre plus du double il y a encore dix ans. Tout le reste roule donc, soit à l’essence, soit, à l'électricité, avec une part désormais très significative de voitures à motorisations hybrides dans le total des ventes.

Je dirai même plus : désormais, il se vend plus de voitures hybrides, à l’autonomie infinie, que de voitures électriques, dont la plupart ne peuvent pas parcourir plus de 300 kilomètres sans être re-branchées sur une prise de courant.

Des voitures électriques plus abordables

Soyons clairs : si vous devez acheter une voiture, et que vous regardez du côté du neuf, d’autant plus que les différentes primes et aides à l’achat sont particulièrement généreuses en ce moment, c’est du côté des motorisations essence hybride qu’il faut regarder. En revanche, si vous avez encore le temps d’attendre, et bien... attendez.

Dès l’an prochain, Renault devrait lancer en France une voiture électrique vendue autour de 15 000 euros seulement, sans les aides. Par ailleurs, les voitures électriques de ville, comme la petite Ami de Citroën, vendue autour de 6000 euros, devraient se démocratiser. Enfin, plusieurs start-up travaillent sur des voitures électriques capables... de se recharger toutes seules. Des voitures qui, une fois achetées, ne coûteront plus rien, elles auront juste besoin de soleil. Ce n’est pas pour tout de suite, mais c’est pour demain.


A découvrir

Jean-Baptiste Giraud

Jean-Baptiste Giraud est le fondateur et directeur de la rédaction d'Economie Matin. Il est également intervieweur économique sur RTL dans RTL Grand Soir (en semaine, 22h17) depuis 2016.

Jean-Baptiste Giraud a commencé sa carrière comme journaliste reporter à Radio France, puis a passé neuf ans à BFM comme reporter, matinalier, chroniqueur et intervieweur. En parallèle, il était également journaliste pour TF1, où il réalisait des reportages et des programmes courts diffusés en prime-time. 

En 2004, il fonde Economie Matin, qui devient le premier hebdomadaire économique français. Celui-ci atteint une diffusion de 600.000 exemplaires (OJD) en juin 2006. Un fonds economique espagnol prendra le contrôle de l'hebdomadaire en 2007.

Après avoir créé dans la foulée plusieurs entreprises (Versailles Events, Versailles+Les Editions Digitales), Jean-Baptiste Giraud a participé en 2010/2011 au lancement du pure player Atlantico, dont il est resté rédacteur en chef pendant un an.

En 2012, soliicité par un investisseur pour créer un pure-player économique,  il décide de relancer EconomieMatin sur Internet  avec les investisseurs historiques du premier tour de Economie Matin, version papier. 

Il a également été éditorialiste économique sur SUD RADIO de 2016 à 2018.

 

Jean-Baptiste Giraud est également l'auteur de nombreux ouvrages, dont notamment "Combien ça coute, combien ça rapporte" (Eyrolles), "Les grands esprits ont toujours tort", "Pourquoi les rayures ont-elles des zèbres", "Pourquoi les bois ont-ils des cerfs", "Histoires bêtes" (Editions du Moment) ainsi que "le Guide des bécébranchés" (L'Archipel).