Apple signe la mort d'iTunes

52 %
Selon les chiffres de la Fédération internationale de l'industrie
phonographique, pour écouter de la musique, 52% des Français
privilégient le streaming.

Fini l’achat de titres musicaux et de films à l’unité chez Apple : le célèbre iTunes, lancé en 2001, tire sa révérence. Apple souhaite désormais distribuer des contenus multimédia uniquement par abonnement.

La fin d’iTunes reflète l’évolution des habitudes des consommateurs

Au début des années 2000, le téléchargement de titres à l’unité, que permet iTunes, semblait la panacée face au déclin des ventes de CD. Au lieu d’acheter un album entier, dont ils aimeraient sans doute deux ou trois titres tout au plus, les gens pouvaient pour la première fois acheter uniquement les titres qu’ils aimaient. Mais cette époque est désormais révolue, les consommateurs optant massivement pour l’écoute en streaming. Lors de sa conférence annuelle pour les développeurs WWDC, Apple a donc annoncé la fin prochaine d’iTunes au profit d’Apple Music.

En effet, selon les chiffres de la Fédération internationale de l’industrie phonographique, 86% des personnes qui écoutent de la musique à travers le monde l’écoutent en streaming. L'habitude de payer pour écouter de la musique en streaming est d'ailleurs ancré chez les 16-24 ans, 57% d’entre eux détenant un abonnement à l'un des services de streaming. Ce qui est encore plus surprenant, les pays émergents sont à l’avant-garde de l’écoute en ligne par des moyens légaux, 96% des Chinois et des Indiens privilégiant cette voie.

Pour écouter de la musique sur un appareil Apple, il faudra s’abonner à Apple Music

Les jours de l’application iTunes sont donc comptés : même si elle subsistera encore quelque temps sur les PC, elle ne figurera plus dans les prochaines versions des systèmes d’exploitation maison (macOS et iOS) qui seront disponibles à la rentrée. Pour écouter de la musique sur un iPhone, il faudra donc prendre un abonnement à Apple Music (14,99 euros/mois en France). Quant aux films, ils seront accessibles via l’application TV, et les podcasts via l’application Podcasts.

Avec la fin d’iTunes, Apple emprunte donc la voie de la séparation de son offre de contenus à travers trois application distinctes, une mue qui est déjà en cours depuis quelque temps. L’extinction d’iTunes n’était donc qu’une question de temps. Plus important encore, en orientant les propriétaires d’appareils Apple vers son service d’écoute par abonnement, Apple sécurise un revenu régulier, de quoi rassurer les investisseurs. Et ça marche : au dernier trimestre, les différents services par abonnement d’Apple lui ont rapporté 10,9 milliards de dollars, un chiffre en hausse de 9% sur un an.


A découvrir